Ouganda : le témoignage choc d’un journaliste qui a vécu l’enfer aux mains des soldats

Le journalisme en Ouganda est devenu une profession à haut risque. De plus en plus, les journalistes qui couvrent des événements réels sont devenus les cibles des soldats. Lundi, Kampala était sous le siège de la police et de l’armée alors que les manifestants de «Free Bobi Wine» faisaient rage dans les rues.

En déplacement pour couvrir les événements du centre-ville, les soldats ont tiré sur nous et ont impitoyablement fouetté de nombreux journalistes, dont Juma Kiria, Ronald Galiwango et James Akena de Reuters. Ce type de mauvais traitement a été subi par d’autres journalistes à Arua, où des députés et d’autres ont été brutalement arrêtés la semaine dernière.

Pour moi, tout a commencé à midi lorsque je suis arrivé à Kampala Road, où les gens avaient mis des pneus de voiture en flammes. L’armée et la police ont forcé les gens à mettre la main à la pâte pour aider à éteindre le feu. Alors que je m’approchais du marché de Kisekka, des camions de patrouille de l’armée et de la police couraient partout dans les rues. J’ai vu quatre soldats pénétrer dans Mackay Plaza en entendant les gens crier le slogan de Bobi Wine: «People Power». Ils ont tiré environ dix balles à l’intérieur du bâtiment.

Après avoir photographié furtivement environ une heure de batailles entre les forces de sécurité et des civils, j’ai quitté la région de Kisekka pour rejoindre Old Kampala et Kisenyi. Sur mon chemin, j’ai rencontré un gros déploiement de troupes autour de Mini Price Bata. Ici, j’ai pris quelques photos d’arrestations et de personnes qui levaient les mains en signe de capitulation. C’est à ce moment-là que les soldats m’ont vu et m’ont appelé. Je me suis dirigé vers eux, et c’est arrivé. Je me souviens avoir été frappé si fort à travers le front et être traîné vers l’un des camions de patrouille.

J’ai été battu et forcé à monter dans la camionnette où j’ai trouvé d’autres journalistes. Deux soldats se sont assis sur nous et ont commencé à nous pincer avec une paire de pinces. Lorsque le camion est plein, nous avons été conduits vers le poste de police central, mais sur le chemin, tous ceux qu’ils ont pu trouver, en train de filmer ou prendre des photos, ont été arrêtés. Au CPS, ils nous ont remis nos caméras et nous avons reçu l’ordre de supprimer nos photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus