“La corruption a atteint le sommet de la hiérarchie de l’Eglise”, le pape François invité à démissionner

Selon l’archevêque Carlo Maria Vigano, ancien ambassadeur du Vatican à Washington, le cardinal américain Theodore McCarrick a fait l’objet d’accusations de “comportement gravement immoral”.

Mgr Theodore McGarrick a démissionné le mois dernier à la suite d’allégations selon lesquelles il aurait sexuellement abusé d’étudiants séminaristes.

Mgr Carlo Maria Vigano dit avoir discuté avec le pape des accusations concernant l’ancien archevêque de Washington, quelques mois après son élection à la tête du Saint-Siège en mars 2013.

Selon lui, le pape argentin aurait préféré ignorer ses avertissements et avait annulé les sanctions dont Theodore McGarrick faisait l’objet.

Le pape a même pris le prélat américain comme conseiller sur des nominations de cardinaux, déclare Mgr Vigano, ajoutant que le chef de l’Eglise catholique devrait donner l’exemple en démissionnant.

“La corruption a atteint le sommet de la hiérarchie de l’Eglise”, affirme Mgr Vigano dans une lettre de 11 pages publiée simultanément samedi par plusieurs journaux catholiques américains.

La publication de sa lettre survient au second jour d’un court voyage du pape François en Irlande, où la question des abus sexuels de l’Eglise dans le monde occupe particulièrement le terrain médiatique.

Le pape François demande “pardon” à Dieu pour les abus en Irlande

Depuis 2002, plus de 14.500 personnes se sont déclarées victimes d’abus sexuels commis par des prêtres en Irlande. La hiérarchie de l’Église irlandaise est accusée d’avoir couvert des centaines de prêtres

Le pape François a demandé dimanche “pardon” à Dieu pour les agressions sexuelles commises en Irlande par des prêtres catholiques, au deuxième jour de sa visite dans le pays, mais s’est vu lui-même accuser d’avoir couvert un prélat accusé de “comportement gravement immoral”.

“J’implore le pardon du Seigneur pour ces péchés, pour le scandale et la trahison ressentis par tant de personnes”, a déclaré le pape à l’occasion d’une visite du sanctuaire de Knock, site de piété mariale distant de 180 km de Dublin, où il a été accueilli par 45.000 personnes brandissant souvent le drapeau jaune et blanc du Vatican.

Plusieurs enquêtes ont également révélé des pratiques d’adoptions illégales d’enfants nés de femmes non mariées, réalisées par l’État irlandais avec la complicité de l’Église catholique.

L’ampleur de ces scandales explique en partie la perte d’influence de l’Eglise sur la société irlandaise, historiquement très catholique, ces dernières années.

“Aucun de nous ne peut se dispenser de se sentir ému par les histoires de mineurs qui ont souffert d’abus, à qui on a volé l’innocence et qui ont été abandonnés à la blessure de douloureux souvenirs”, a dit le souverain pontife.

“Cette plaie ouverte nous défie d’être fermes et décidés dans la recherche de la vérité et de la justice”, a-t-il ajouté, 39 ans après Jean-Paul II, qui était venu s’agenouiller dans ce lieu supposé d’apparitions.

Avant François, Benoît XVI, son prédécesseur, avait écrit en 2010 une lettre à tous les catholiques irlandais, reconnaissant la responsabilité de l’Eglise dans les abus.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.