Etats-Unis : le sénateur John McCain est décédé d’un cancer au cerveau

Le sénateur John McCain, pilote torturé pendant la guerre du Vietnam, candidat à la Maison Blanche et figure non-conformiste de la politique américaine, est mort samedi à l’âge de 81 ans, des suites d’un cancer du cerveau.

Le bureau du sénateur républicain a annoncé samedi soir qu’il était décédé dans l’après-midi, entouré de son épouse, Cindy, et de sa famille.

“A sa mort, il avait servi fidèlement les Etats-Unis d’Amérique pendant soixante ans”, a déclaré le bureau dans un communiqué.

John McCain était soigné depuis juillet 2017 pour un glioblastome, une forme de cancer très agressive avec un très faible taux de survie. Sa famille avait annoncé vendredi qu’il avait décidé de cesser tout traitement, face à l’avancée inexorable de la maladie. Il est mort le lendemain.

Immédiatement, les réactions ont afflué pour saluer la mémoire de ce monument républicain, qui s’est fâché avec beaucoup de monde y compris au sein de sa famille politique, mais dont le dévouement patriotique était reconnu par tous.

“John et moi venions de générations différentes, avions des origines complètement différentes, et nous nous sommes affrontés au plus haut niveau de la politique”, a déclaré l’ancien président démocrate Barack Obama, qui l’avait battu à l’élection présidentielle de 2008.

“Mais nous partagions, malgré nos différences, une fidélité à quelque chose de plus élevé, les idéaux pour lesquels des générations entières d’Américains et d’immigrés se sont battus et se sont sacrifiés”.

Le chef de l’opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a proposé de renommer le bâtiment du Sénat où John McCain avait ses bureaux à son nom.

Le président Donald Trump, qui était en conflit avec le sénateur républicain, a tweeté un court message de condoléances, sans un mot sur la carrière et la vie de l’homme.

“Mes condoléances et mon respect le plus sincère pour la famille du sénateur John McCain. Nos coeurs et nos prières sont avec vous !”, a écrit M. Trump.

A l’inverse, la plupart des élus et anciens élus américains ont publié un communiqué dans les minutes suivant l’annonce du décès, l’ancien président George W. Bush saluant par exemple un “homme de profonde conviction et un patriote au plus haut degré”.

L’ancien président démocrate Bill Clinton a lui aussi salué la mémoire de John McCain, soulignant qu’“il avait souvent mis de côté l’appartenance partisane” pour servir la nation.

Et un autre démocrate, Al Gore, vice-président sous Bill Clinton, est allé dans le même sens. “J’ai toujours admiré et respecté John” parce qu’il oeuvrait toujours à “trouver un terrain d’entente, aussi difficile que ce soit”, a-t-il dit.

Pour le sénateur républicain Lindsey Graham, “l’Amérique et la Liberté ont perdu l’un de leurs plus grands champions”.

La fille du vétéran, Meghan McCain, a publié sur son compte Twitter un texte racontant qu’elle était restée aux côtés de son père jusqu’à la fin, “tout comme il était avec moi à mes débuts”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.