Cameroun : une nouvelle vidéo d’exactions des forces armées sur des civils va faire objet d’enquêtes (Gouvernement)

Le gouvernement camerounais a annoncé qu’il allait enquêter sur une vidéo qui, selon un groupe de défense des droits humains, montre les « meurtres brutaux », d’au moins une dizaine de personnes non armées, par les forces de sécurité du pays.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré vendredi que les autorités ouvriraient une enquête, mais a ajouté que le gouvernement avait été victime d’une « campagne de dénigrement » avant l’élection présidentielle d’octobre. La vidéo, diffusée sur les médias sociaux, montre plusieurs personnes qui ouvrent le feu sur un groupe de personnes apparemment non armées qui se blottissent contre un mur. Un homme en treillis militaire s’approche alors et tire à bout portant.

Amnesty International, un groupe de défense des droits basé au Royaume-Uni, a affirmé vendredi que la vidéo « horrifiante » fournit « des preuves crédibles » selon lesquelles « les forces armées camerounaises ont commis de graves crimes contre des civils ». Le groupe a déclaré dans un communiqué que la vidéo avait été tournée dans le village d’Achigaya, dans la région de l’extrême-nord du Cameroun. L’organisation de défense des droits de l’homme a déclaré avoir vérifié la vidéo à l’aide d’outils d’analyse numérique et avoir pu confirmer que la vidéo, tournée avant mai 2016, «corrobore les comptes rendus d’exécutions extrajudiciaires refusées par les autorités camerounaises».

Ilaria Allegrozzi, chercheuse d’Amnesty International sur le lac Tchad, a appelé à une « enquête immédiate, approfondie et impartiale » sur ces images. « Voici des preuves encore plus crédibles à l’appui des allégations selon lesquelles les forces armées camerounaises auraient commis de graves crimes contre des civils« , a ajouté M. Allegrozzi.

Le gouvernement

Le porte-parole du gouvernement camerounais Issa Tchiroma Bakary a déclaré qu’ils ouvriraient une enquête sur cette vidéo. Mais il a également déclaré à l’agence de presse Reuters que la vidéo visait à discréditer l’armée du pays et le président Paul Biya, qui règne depuis 36 ans. « Nous sommes en période électorale et cela favorise ce genre de choses », a déclaré M. Tchiroma.

Biya, âgé de 85 ans, a  annoncé  en juillet qu’il chercherait un septième mandat lors des élections d’octobre. Le mois dernier, une vidéo a semblé montrer que deux hommes en uniforme militaire ont abattu deux femmes avec des enfants comme des combattants présumés de Boko Haram. Plus tard vendredi, Tchiroma a annoncé dans un communiqué que les autorités avaient arrêté sept soldats, dont un lieutenant et un sergent, en lien avec la vidéo précédente. La déclaration n’a pas indiqué quand les arrestations ont eu lieu.

Les responsables du gouvernement et de l’armée avaient précédemment qualifié cette vidéo de «fausses informations» destinées à ternir l’image du gouvernement, alors même qu’ils avaient promis d’enquêter. Depuis 2014, l’élite camerounaise de la brigade d’intervention rapide combat le groupe armé nigérian Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord du pays. Les combattants ont tué des centaines de personnes dans la région avec des tactiques, y compris l’utilisation d’attentats-suicides à la bombe contre des postes de contrôle, des marchés et des mosquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus