Bénin – Référendum: Rachidi Gbadamassi regrette la décision de Patrice Talon

L’honorable Rachidi Gbadamassi signe et persiste que la voie du développement du Bénin passe par l’amendement de la constitution de 1990. Reçu dans l’après midi de ce Jeudi 02 Août 2018 par les  confrères de la radio « Arzèkè fm » de Parakou, l’élu de la huitième circonscription électorale dit prendre « acte » de la décision du chef de l’Etat de ne pas aller au référendum même s’il ( Rachidi Gbadamassi – ndlr) reste persuader que le référendum s’imposait.

Pour le buffle de Parakou, seul le chef de l’Etat a le pouvoir constitutionnel de convoquer le peuple pour un référendum. Ce pouvoir n’est  pas du ressort des parlementaires.  De ce point de vue, il estime que si le chef de l’Etat pense que les contraintes financières ne lui permettent pas de convoquer le référendum, les parlementaires qu’ils sont ne peuvent que prendre acte de sa décision.

[su_heading size= »17″] À lire aussi : Bénin: abandon du référendum par Patrice Talon, la réaction du BMP attendue [/su_heading]

A l’en croire, le chef de l’Etat par sa décision a pris sa responsabilité au nom du principe de séparation des pouvoirs. Les parlementaires n’ayant aucun pouvoir de contraindre le président à convoquer le référendum, ils ne peuvent que prendre acte même s’ils sont convaincus que ce sont eux qui ont raison. La constitution de 1990 est une constitution de transition qui n’est plus adaptée aux réalités d’aujourd’hui, estime t-il.

« …Si nous avons des lois qui nous permettent d’imposer au chef de l’Etat de convoquer le référendum, je vous assure, dès le lendemain j’allais déposer un recours. Je vous dis que la  constitution de 1990 a déjà plus de 20 ans. Elle n’est plus en adéquation avec les réalités socio politiques actuelles, elle est dépassée, il faut l’amender voire le changer car cette constitution est une constitution de transition. Moi je dis haut et fort que la constitution actuelle est dépassée« 

Rachidi Gbadamassi

L’élu de la huitième circonscription électorale ne regrette pas avoir soutenu et défendu le projet de révision de la constitution. Pour lui, c’est un projet qu’il a soutenu en son âme et conscience parce qu’il avait estimé que c’était ce qu’il y a de mieux à faire. Il reste néanmoins convaincu que cette constitution sera amendée que ça soit sous Talon ou sous un autre président parce qu’elle ne répond plus aux exigences de notre pays en matière de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus