Bénin – cour d’assise: le boxeur Georges Boco condamné à 48 mois de prisons ferme

Le boxeur professionnel Georges Boco est reconnu coupable d’homicide involontaire. C’est du moins le verdict rendu le vendredi 03 Août 2018 par la session supplémentaire de la cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou.

48 mois d’emprisonnement ferme. C’est la sentence rendue par la cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou dans le dossier de coups mortels dans lequel le boxeur professionnel Georges Boco est cité. Au cours de l’instruction à la barre, Georges Boco a reconnu avoir porté des coups mais déclare n’avoir eu aucune intention de donner la mort.

Les faits:

Les faits ayant conduit à une condamnation de 48 mois d’emprisonnement du célèbre boxeur béninois surnommé “Le roi des KO” remontaient au  lundi 21 mars 2016, aux environs de 22 heures. Comme les autres nuits, le boxeur se  se rendait avec sa motocyclette à son lieu de travail sis au quartier Haie-Vive. Il officiait en effet en tant qu’agent de sécurité privé à Calypso Night Club.

Malheureusement , le parcours du boxeur professionnel de son domicile à son lieu de service a été perturbé ce jour  par un incident survenu au niveau du quartier Agontinkon, un quartier périphérique à la place de l’Etoile Rouge.

Surpris par l’apparition brusque de deux piétons sur son chemin, Georges Boco n’a eu que le temps de les éviter de justesse. Un incident qui serait passé inaperçu si les deux hommes n’avaient pas eu l’idée de lancer des propos injurieux à l’endroit de celui qui a failli les ramasser avec sa moto.

C’était l’erreur à ne pas commettre. Le sang du boxeur n’a fait qu’un tour dans ses veines. Il descendit de sa moto et asséna des coups violents alternativement à ses deux victimes du nom de Hervé Hèkpo et de Frégiste Djègbénagnon.

Face à la violence des coups reçus, le nommé Hervé Hèkpo a aussitôt perdu connaissance. Son compagnon en tombant sous l’effet des coups de Georges Boco a heurté sa tête contre le rebord du trottoir et est entré dans le coma. Admis d’abord au centre de santé Saint Luc de Sainte Rita, il a été ensuite transféré au Cnhu Hubert Koutoukou Maga de Cotonou où il a rendu l’âme quelques heures plus tard.

Interpellé et inculpé de coups mortels, le nommé Georges Boco a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure. Le dossier ramené à la session supplémentaire de la cour d’assise de la cour d’appel de Cotonou a livré son verdict le vendredi dernier.

Le roi du “KO” écope 48 mois de prison ferme. Il faut préciser que l’extrait du bulletin n°1 du casier judiciaire de l’accusé ne porte mention d’aucune condamnation antérieure. Par ailleurs, le rapport de l’expertise médico psychiatrique ne révèle aucun trouble mental au moment des faits. En outre, l’enquête de moralité effectuée lui est favorable. Ce qui sans doute a milité pour ce verdict.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus