Bénin – reprise de l’évaluation des enseignants : le ministre persiste malgré la contestation

La reprise de l’évaluation diagnostique des enseignants de la maternelle et du primaire aura bel et bien lieu demain 28 juillet 2018. C’est ce qu’il convient de la déclaration de presse du ministre de l’enseignement maternel et primaire ce vendredi 27 juillet 2018.

Le ministre Karimou Salimane ne compte pas reculer devant une quelconque contestation des différents syndicats de son sous secteur. Ainsi, malgré le désaccord des syndicats qui s’opposent catégoriquement à la reprise de l’évaluation diagnostique, le ministre lance les hostilités et invite les enseignants à se conformer à la décision gouvernementale.

A l’en croire, ce n’est pas de gaieté de cœur que le conseil des ministres a décidé de la reprise de ladite évaluation. Pour se justifier, il évoque les différentes raisons qui ont poussé les autorités vers cette décision. Selon ses dires, le bilan de l’organisation de la première évaluation n’a pas permis de valider cette dernière. De façon générale, le ministre énumère quatre (04) raisons principales qui ont motivé l’invalidation du premier test.

[su_heading size=”17″] À lire aussi : Bénin – évaluation pédagogique : le Front appelle les enseignants au boycott systématique de la reprise[/su_heading]

Il s’agit d‘Insuffisance d’épreuves dans certains centres d’évaluation ; Mal compréhension dans la définition du groupe cible ; Le cas de maladies ; Les doublons sur les listes d’émargement ; Retard dans la confection des codes anonymat. Pour le ministre, ces irrégularités n’ont pas permis au gouvernement de prendre en compte les résultats issues de l’évaluation. “Chers amis de la presse, comme vous pouvez le constater, ces irrégularités ne sont pas de nature a garantir toute la fiabilité requise pour une opération de cette envergure et ne vont pas dans le sens de l’équité et de la justice”, a-t-il fait savoir.

C’est donc dans un souci de mieux faire les choses afin de permettre aux enseignants de composer dans les conditions meilleures que le gouvernement a décidé de la reprise de l’évaluation diagnostique. C’est pourquoi le ministre invite les enseignants de la maternelle et du primaire à jouer leur partition pour le bon déroulement du test.

En tout état de cause, ceux qui vont délibérément choisir de ne pas se conformer à la décision du gouvernement en subiront les conséquences. “Je profite de cette occasion pour dire aux enseignants que tout acte de désobéissance aux décisions subira les rigueurs de la loi”, prévient-il. Pour finir, il informe les uns et les autres que des dispositions sont prises pour garantir la sécurité dans les centres d’évaluation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus