Bénin – deuxième échec de la révision constitutionnelle : le BMP exprime sa déception

Les députés de la 7ème législature ont rejeté pour une deuxième fois, la révision de la constitution. Après l’échec du projet de révision introduit en 2017 par le Chef de l’Etat, la proposition d’amendement introduite par huit députés de la mouvance s’est aussi heurtée au bloc de la minorité parlementaire. Suite à cet échec survenu dans la soirée du jeudi 05 juillet, les députés du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) acquis à la cause du Chef de l’Etat ont exprimé leur déception au cours d’un point de presse.

Selon le député Jean-Michel Abimbola, le parlement, en engageant le processus, a fait un pas considérable. Mais il a fait le constat que ses collègues de la minorité n’ont pas voulu  que le processus aboutisse au Parlement en dépit du climat de convivialité instauré par le BMP. A sa suite, son collègue et allié politique, Orden Alladatin n’a pas caché la déception de son camps. “…Notre déception est grande car il y a eu des plaidoyers à notre endroit”, a-t-il déclaré.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Bénin – Révision de la constitution : Serge Agbodjan avait pourtant éclairé sur la procédure [/su_heading]

Pour le député de la 16ème circonscription électorale, c’était une occasion pour les parlementaires de sauter les verrous constitutionnels concernant les points abordés “…Notre déception est grande car il y a eu des plaidoyers à notre endroit. On avait la possibilité de sauter les verrous par rapport à ces points. ..Le BMP a joué sa partition. Personne n’est contre les points. Ce qui est craint, c’est qu’on profite de cette occasion pour introduire d’autres éléments.. Nous sommes donc restés dans le texte intégral. Mais malheureusement, la politique s’est invitée dans le débat”, a-t-il ajouté. 

Malgré la déception, le Bloc de la Majorité Parlementaire ne croise pas les bras et compte s’en remettre au référendum où le peuple aura le dernier mot à dire. C’est pourquoi, ils comptent continuer le plaidoyer auprès du gouvernement qui a la responsabilité de convoquer le référendum.

Pour rappel, le vote devant acté la révision de la constitution exige l’avis favorable des 4/5 des députés du Parlement. Mais à l’issue du vote, le décompte a affiché 62 voix “pour” et 19 “contre”. Ainsi, la proposition d’amendement introduite par les huit députés de la mouvance présidentielle a été rejetée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus