gaetane

Soudan du sud : entre tensions et de pressions, Kiir et Machar se rencontrent à nouveau à Khartoum

Le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival Riek Machar ont convenu de se rencontrer dans la capitale soudanaise pour leur deuxième tour de négociations en près de deux ans, a indiqué le ministère soudanais des Affaires étrangères, même si les attentes pour un éventuel accord sont plutôt faibles.

Les pourparlers de lundi à Khartoum suivront les réunions des deux dirigeants dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, mercredi et jeudi, alors que les deux parties doivent respecter la date butoir de fin juin pour éviter les sanctions des Nations Unies sur une guerre civile qui a tué des dizaines de milliers de personnes et fait des millions de déplacés.

Mais le ministre sud-soudanais de l’Information, Michael Makuei, a déclaré vendredi que le président « n’est pas prêt » à travailler de nouveau avec Machar.

« Machar ne peut pas faire partie du gouvernement, nous en avons assez de lui… Riek Machar doit attendre les élections s’il veut occuper une position officielle au Soudan du Sud »,

a déclaré Makuei.

Pour sa part, le Mouvement de libération du peuple du Soudan (SPLM-IO) rebelle de Machar a décrit un éventuel accord comme « irréaliste » et a accusé le gouvernement de planifier une nouvelle offensive avant même l’ouverture des pourparlers. Le Soudan du Sud est tombé dans la guerre civile en décembre 2013 après que Kiir se soit brouillé avec son vice-président d’alors, Machar, brisant l’optimisme qui accompagnait l’indépendance deux ans plus tôt.

« Malade et affamé »: coût humain de la guerre civile au Soudan du Sud

Depuis que l’accord de paix de 2015 s’est effondré en juillet 2016, Machar ayant fui en Afrique du Sud, le gouvernement de Kiir a pris le dessus sur le plan militaire alors que l’opposition s’est divisée en une myriade de factions.

Initialement largement disputés entre les deux plus grands groupes ethniques du Soudan du Sud – Dinka de Kiir et Nuer de Machar, de plus petits groupes ont depuis engendré leurs propres milices soulevant des questions sur la capacité de l’un ou l’autre leader à arrêter la guerre. Les cessez-le-feu multiples et les efforts de paix ont jusqu’à présent été infructueux. Les voisins est-africains du Sud-Soudan ont averti que si leur dernier effort de paix est aussi avorté que les précédents, ils n’auront d’autre choix que de soutenir les sanctions.

« Eclipsé par la violence »

Une équipe préparatoire de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le bloc de l’Afrique de l’Est sous les auspices duquel se déroulent les pourparlers, devrait arriver dans la capitale soudanaise ce week-end pour les discussions de lundi. Ce sera la première fois que Kiir et Machar se seraient rencontrés à Khartoum depuis le début des combats en 2013.

Ce qui a été discuté lors des réunions de cette semaine à Addis-Abeba a été tenu secret, mais le président kenyan Uhuru Kenyatta a publié une déclaration négative après l’ouverture des pourparlers. « Au fil du temps, nos efforts ont été éclipsés par le recours à la violence, donnant foi à l’appel à des mesures punitives contre les auteurs », a déclaré Kenyatta.

‘Défection’

Par ailleurs, le gouvernement sud-soudanais a confirmé vendredi la défection du ministre des Affaires étrangères Deng Alor. Ce dernier est en Éthiopie depuis février, date à laquelle il s’est rendu à Addis-Abeba pour une série de pourparlers.

« Il a fait défection », a déclaré le porte-parole du ministère de l’Information, Michael Makuei Lueth, à l’agence Anadolu.

« Il a refusé de retourner à la capitale Juba ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus