gaetane

Revirement juridisprudentiel sur le Cos/lépi : l’he Mitokpè dévoile le plan « occulte » de la Rupture

Le revirement jurisprudentiel au sujet du délai imparti au Cos/lépi pour actualiser le fichier électoral fait réagir déjà certaines personnalités. Au nombre desquelles, l’honorable Guy Mitokpè qui, à travers un post sur sa page Facebook  intitulé « Premier coup de force », dévoile le plan secret du pouvoir en place. Un plan qui, selon l’élu parlementaire, consistera à supprimer le Cos/lépi en vue de faire organiser les prochaines élections par l’opérateur Safran.

PREMIER COUP DE FORCE

Il m’est revenu par informations de presses interposées, en fin d’après midi de ce jeudi 21 juin 2018, qu’après la séance de travail des membres de la Cour Constitutionnelle, il a été décidé de ramener la fin du mandat du Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Électorale Permanente Informatisée (Cos-Lepi ) au 30 juin 2018.
Cette décision remet en cause l’une des dernières décisions prise par la Cour Constitutionnelle présidée par le Professeur Holo Théodore, laquelle décision fixait la fin de mandat du présent Cos Lepi à la fin du mois de novembre 2018.

Cette décision jurisprudentielle, si elle est avérée est le premier coup de force opéré par l’actuelle Cour Constitutionnelle. Ceci ne constitue que la première étape du plan de suppression pure et simple du Cos Lepi, prevu dans l’avant projet de code électoral. Quand le Cos Lepi sera supprimé, la société Safran pourra organiser nos élections. En ma qualité de Député à l’Assemblée Nationale, Je constate que le plan occulte cuisiné par l’actuel régime et ses sbires est en marche. Ce plan qui consiste à tout broyer et cardenacer avant les échéances électorales. Ce plan qui est si bien détaillé dans l’avant projet du code électoral, où des articles ont été créés pour regler les cas de certaines personnalités politiques. C’est le cas des articles 12; 242; 249 pour ne citer que ces articles.
Notre peuple a son histoire et nul ne saurait la remettre en cause.

Guy Dossou MITOKPE

 

 

1 commentaire
  1. Ulrich dit

    Si la Bible et le Coran sont contestés, ce ne serait pas les textes des politiciens qui passeraient outre. De toute façon, c’est propre à l’égo des hommes en général; quand ça les arrange, ils applaudissent, mais le cas contraire, c’est le tohubohu. De toutes les décisions d’hier, tout le monde savait que celle-là en particulier ferait le buzz. Ça ne fait que commencer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus