gaetane

Mandat écourté du Cos/lépi : « Ce n’est qu’un premier pas. On assistera à de plus graves encore… », prévient le PCB

Le Parti Communiste du Bénin (PCB) n’est pas resté indifférent face au revirement jurisprudentiel relatif au mandat du Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos/lépi). Il fustige cette décision de la Cour Djogbénou qui, selon lui, n’est qu’un ballon d’essai. « On assistera à de plus graves encore…tant que sera en place cet attelage à la tête de notre pays et de ses institutions », prévient le Parti qui, par ailleurs, appelle le peuple à la veille citoyenne pour la sauvegarde des acquis démocratiques.


     COMMUNIQUE DU PARTI COMMUNISTE DU BÉNIN (PCB)

A PROPOS DU REVIREMENT DE JURISPRUDENCE CONCERNANT LE COS-LEPI

Aux Travailleurs et au peuple du Bénin,-

La nouvelle est tombée depuis hier, confirmée dans les journaux ce matin : la Cour mouture TALON-DJOBENOU, comme première décision vient d’annuler la décision de la Cour Holo portant prolongation de la mandature du COS-LEPI jusqu’au fin novembre 2018. Exactement dans la même posture que Trump en guerre contre les mesures de l’administration Obama, la Cour Djogbénou en mission commandée pour son maître se met à l’œuvre de détricoter la Constitution béninoise et les acquis démocratiques.

Il l’avait dit, il avait annoncé qu’il procéderait à des « revirements de jurisprudence ». Cela a commencé. Pouvait-on s’attendre à autre chose ? Avocat et conseiller intime du Chef de l’Etat, Djogbénou était à la base du refus connu tant de l’Exécutif que de l’Assemblée nationale de la mise en place à temps, dès juillet 2017 du Cos-Lépi. Pire il était à la base de la rébellion contre les décisions de la Cour Constitutionnelle dont la décision DCC 17-262 du 12 décembre 2017 enjoignant d’installer les COS-LEPI au plus tard au 31 décembre 2017. Il était à la base de toutes les violations dont avait été l’objet la Constitution sous le régime de la « Rupture ».

Ce n’est qu’un premier pas. On assistera à de plus graves encore…tant que sera en place cet attelage à la tête de notre pays et de ses institutions.

Travailleurs, Peuple du Bénin,

Ainsi tout le scénario est réglé d’avance : 1°-  Installer une nouvelle Cour ;  2°-  Saucissonner les dispositions fondamentales de la Cour Constitutionnelle en lois votées par un parlement à ordre et les faire valider par la Cour Constitutionnelle à ordre ; 3°- Procéder à la révision de la Constitution actuelle et enterrer définitivement les acquis démocratiques conquis de haute lutte et 4°- Restaurer dans notre pays un pouvoir de dictature autocratique.

Nous y sommes déjà, peuple béninois.

Face à un tel défi, il ne reste au peuple qu’une issue : la « désobéissance civile ».

Cotonou le 22 juin 2018.

Le Parti Communiste du Bénin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus