CPI : Une audience importante pour la libération de Jean Pierre Bemba

Après son acquittement par la Cour pénale internationale, Jean Pierre Bemba sera face aux juges pour une audience cruciale.

L’opposant congolais Jean Pierre Bemba sera face aux juges de la CPI ce mardi pour une audition déterminante. Cette nouvelle comparution est d’autant plus cruciale qu’il pourrait être libéré de prison, après avoir été acquitté vendredi dernier par la cour.

Il pourrait s’agir de l’audience de la libération pour Jean-Pierre Bemba. Ses avocats feront au cours de cette audience, un plaidoyer en faveur de sa remise en liberté. La semaine dernière, Jean-Pierre Bemba a été relaxé des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Seulement, cette sentence n’a pas été assortie d’une libération immédiate. Cette audition est donc comme l’ultime occasion pour le géant de la politique congolaise de sortir libre de prison.

En 2016, Jean Pierre Bemba avait été condamné en première instance à 18 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour les atrocités commises par ses troupes en République centrafricaine entre 2002 et 2003. Selon la Cour, le chef du Mouvement de Libération du Congo (MLC) n’avait entrepris aucune démarche pour arrêter les violences commises par ces troupes durant cette période.

En prononçant son acquittement, la chambre d’appel de la CPI a estimé qu’absent de la Centrafrique au moment des faits, il n’aurait pas pu contrôler à distance les agissements de sa milice. La relaxe de Jean-Pierre Bemba a suscité de nombreuses réactions. L’enthousiasme de ses partisans contrastait avec les regrets des organisations de défense des droits de l’homme.

Selon Amnesty international, « c’est un coup dur pour les victimes d’une horrible campagne de viol et de violence sexuelle ». La procureure de la CPI, Fatou Bensouda a qualifié cette décision de « regrettable et troublante ». Toutefois, Jean-Pierre Bemba n’en a pas encore fini avec la CPI. En Mars 2017, il avait été condamné à un an de prison et à une amende de 350.000 dollars pour subornation de témoins lors de son procès pour crimes de guerre. Un nouveau procès a été ordonné en appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus