Bénin: le Plp exige la relecture du nouveau code pénal

Le nouveau code pénal voté par le parlement en début de semaine écoulée n’a pas laissé indifférent le Parti pour la Libération du Peuple (Plp). A travers un communiqué de presse rendu public ce lundi 11 juin 2018, le Parti exige la relecture dudit code et appelle toutes les forces vives de la Nation à la mobilisation pour la restauration de l’Etat de droit et de démocratie au Bénin.

Lire le communiqué du PLP

PARTI POUR LA LIBERATION DU PEUPLE (PLP)

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LE NOUVEAU CODE PENAL LIBERTICIDE ET ANTICONSTITUTIONNEL

Cotonou, Bénin, 11-06-18/08h21mn : Le 5 juin 2018, l’Assemblée Nationale a adopté la loi 2018-15 portant Code pénal en République du Bénin. Ce document de 1007 articles constitue l’ensemble des textes juridiques définissant les infractions et les sanctions applicables aux citoyens. Curieusement, ce document aussi volumineux et aussi sensible pour la vie des citoyens a été examiné à vive allure, en moins de 48 heures, et voté à 2h du matin par 15 députés sur les 83 que compte l’institution. Une première au Bénin.
Ce nouveau code pénal taillé sur mesure et adopté dans un esprit despotique et anticonstitutionnel crée de nouvelles infractions souvent utilisées dans les Etats voyous et totalitaires contre les voix critiques. « …Quiconque porte publiquement atteinte dans un discours écrit, propos, prêche religieux ou symbole, valeur ou représentation de l’Etat, de la Nation, de la République, des traditions, des ethnies ou de toute communauté organisée et légalement constituée est punie d’une peine d’emprisonnement de 5 à 10 ans et d’une amende de 10 millions à 20 millions Fcfa …»
Le même code interdit également les « attroupements non autorisés ». En somme, un système pénal fondé sur le tout-répressif alors que nous sommes dans un régime déclaratif et non d’autorisation.
Tout ceci sans aucun débat national préalable. Il est regrettable que ce nouveau code pénal heurte de front les Droits de l’Homme en s’attaquant aux libertés fondamentales.
Le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) dénonce un code liberticide ayant pour seul but d’empêcher les forces politiques et sociales de l’opposition d’avoir accès aux espaces publics et même aux espaces privés pour leurs manifestations. Il permettra également, par une application arbitraire, de harceler tout opposant déplaisant au pouvoir autocratique, affameur, prédateur, népotiste, ruineux et affairiste en place.
Le Bénin se trouve littéralement au bord de l’abîme avec un régime répressif des libertés publiques. Un gouvernement clanique aussi répressif qu’inhumain comme l’actuel régime au Bénin doit être combattu par tous les moyens démocratiques. Le peuple béninois et la communauté internationale ont la responsabilité morale d’œuvrer pour mettre fin à ce système mafieux.
En aidant à enraciner un système dictatorial, les députés du bloc de la majorité présidentielle, qui ont à peine lu le document avant de le voter les « yeux fermés », se font complices, et donc responsables des conséquences de cette conspiration contre le peuple béninois.
En conséquence, le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) exige une relecture dudit code et exhorte tous les démocrates, patriotes et militants des Droits de l’Homme à se mobiliser pour restaurer les acquis de la Conférence Nationale des Forces Vives de la Nation totalement démolis.
Osons lutter, osons vaincre.
La patrie ou la mort, nous vaincrons.

Vive la démocratie
Vive l’Etat de droit
Vive le Bénin

Le Président,

Léonce HOUNGBADJI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus