Bénin – Affaire Atao Hinnouho : « c’est un flagrant politique » selon Me Aboubakar Baparape

Dans le dossier dit de « faux médicaments » qui oppose le député Atao Hinnouho à l’Etat béninois, les avocats de la défense continuent de dénoncer un acharnement politique contre leur client. Pour eux, la procédure adoptée et les différents rebondissements connus par le dossier prouvent qu’il s’agit ni plus ni moins d’une manœuvre  politique pour déstabiliser le député mis en cause.

En effet, à la reprise du procès ce mardi 12 juin 2018, les avocats de la défense ont démontré que la procédure en cours contre leur client est de nul effet. Selon leurs explications, le mis en cause est un député sous la couverture de l’immunité parlementaire. Pour cela, ils ont plaidé la nullité de la procédure afin qu’Atao Hinnouho soit purement et simplement libéré.

L’autre aspect du dossier attaqué par les avocats du mis en cause est la plainte pour « fraude douanière » qui pèse contre ce dernier. A cet effet, les avocats ont demandé au juge en charge du dossier de joindre l’affaire de « fraude douanière » au dossier « faux médicaments ». Pour eux, ces deux dossiers ne peuvent être traités isolement.

Partant de cette demande, ils ont rappelé au juge que leur client avait été déjà mis en liberté parce que toujours couvert par son immunité. Ces différents arguments avancés n’ont pas eu visiblement d’effets positifs au près du Juge Azo. Ce dernier a rejeté la demande des avocats et renvoyé le procès au 24 juillet 2018.

La défense dénonce un procès politique 

Comme ils l’ont toujours martelé depuis le début du dossier, les avocats du député Atao Hinnouho continuent de dénoncer un complot politique. A en croire Me Aboubakar Baparape, la manière dont le dossier est géré par la justice laisse comprendre aisément qu’il s’agit d’un acharnement politique.

Pour lui, tout est mis en oeuvre pour constituer de force le flagrant délit. Selon Me Aboubakar Baparape, le seul objectif visé dans cette manœuvre est de contourner l’immunité du député pour facilement le jeter en prison. « On continue de dire qu’il s’agit d’un acharnement politique contre le député Atao Hinnouho. Son immunité n’est pas levée, il ne devrait même pas être poursuivi. Ce n’est pas un flagrant délit, c’est un flagrant politique », a-t-il affirmé.

[add_eventon_wv show_et_ft_img="yes" ux_val="4" event_order="DESC" ]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus