Somalie : Une infirmière allemande de la Croix-Rouge enlevée

Une infirmière allemande du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été enlevée ce mercredi 2 mai dans les locaux de l’organisation à Mogadiscio par des hommes armés  qui auraient bénéficié de complicités internes, selon les premiers éléments de l’enquête.

« Nous sommes profondément inquiets pour la sécurité de notre collègue », a déclaré dans un communiqué Daniel O’Malley, directeur adjoint du CICR pour la Somalie. « C’est une infirmière qui travaille tous les jours pour sauver des vies et soigner les gens les plus vulnérables en Somalie », va-t-il ajouter. Le CICR a indiqué être « en contact avec les autorités pour essayer d’obtenir sa libération ».

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Somalie : les troupes de l’UA ont tués 30 combattants d’Al-Shabab [/su_heading]

Selon la Croix-Rouge, l’attaque a eu lieu vers 20 heures, heure locale (17 heures GMT), lorsque des inconnus armés ont pénétré dans ses locaux à Mogadiscio. Des Somaliens travaillant pour le CICR à Mogadiscio ont indiqué à l’AFP que les ravisseurs avaient pénétré dans l’enceinte de l’ONG par une porte située à l’arrière et emmené de force l’infirmière dans un véhicule.

Notons que cet enlèvement constitue la deuxième attaque en moins de deux semaines contre un employé du CICR. Abdulhafid Yusuf Ibrahim, un Somalien qui travaillait pour l’organisation depuis cinq mois, a été tué le 25 mars dans l’explosion d’un engin piégé placé sous son véhicule alors qu’il quittait les locaux du CICR. Jeudi, le CICR a fait évacuer deux ressortissants étrangers et plusieurs employés somaliens de ses locaux, selon un membre de l’équipe qui a souhaité conserver l’anonymat, a rapporté Le Monde.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Somalie : les troupes de l’UA ont tués 30 combattants d’Al-Shabab [/su_heading]

Pour rappel, les enlèvements d’étrangers, souvent travailleurs humanitaires ou journalistes, se sont raréfiés ces dernières années en Somalie mais demeurent toujours une menace. Ils sont le plus souvent le fait de milices ou des islamistes radicaux Shebab, qui négocient leur libération contre d’importantes rançons, parfois au terme de plusieurs années de captivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus