MoovInter

Scandale du siège du Parlement : David Gbahoungba réussira-t-il à se tirer d’affaire ?

Le gouvernement a décidé de creuser l’abcès et situé les responsabilités dans l’échec qu’a connu la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale. Au banc des accusés, plusieurs entrepreneurs dont le député David Gbahoungba, membre du bloc de la majorité présidentielle.

Parmi les entreprises impliquées dans la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale figure celle de l’honorable David Gbahoungba. COMOVEP sarl, appartenant à l’élu de la 12ème circonscription électorale avait en charge le lot 2, Menuiserie-bois. Conformément aux clauses du marché, l’entreprise a déposé par l’intermédiaire de sa banque une garantie de onze millions six cent quatre-vingt-trois mille trois cent quarante-deux francs (11 683 342) en vue de garantir une bonne exécution des travaux.  Après avoir perçu une avance de soixante-dix millions cent mille cinquante-trois francs (70 100 053) sur un montant TTC de deux cent trente-trois millions six cent soixante-six mille huit cent quarante-cinq francs (233 666 845), le taux d’exécution physique est de 1,50% pendant que le lot 1, gros œuvre soit à 89,99%. C’est vrai que le lot 2 a évolué au rythme du lot 1 mais l’écart est considérable et crève l’œil.

--- Publicité---

On se souvient encore comme si c’était hier la communication du ministre de l’environnement, de l’habitat et de l’urbanisme d’alors, Blaise Ahanhanzo-Glèlè où il était reproché à l’adjudicataire du lot 2 la non-tenue de ses engagements. Des années plus tard, les travaux n’ont pas bougé d’un pouce. Bien au contraire, le chantier est abandonné et livré aux intempéries.

Le gouvernement a donc décidé d’exercer des recours en garantie contre les entreprises exécutantes. Pourrait-il avoir les coudées franches pour sévir ? La question reste suspendue.

--- Publicité---

3 commentaires
  1. ORRI BOBO dit

    Dans d’autres pays, les voleurs sont amputés mais dans mon pays, les voleurs sont députés.

  2. AKPO Dramane dit

    J’ai horreur de certains députés qui sont devenus des stars du conflit d’intérêts.Au lieu de servir la nation en qualité d’  »honorables » députés,ils cherchent à remplir leurs poches.Ils votent des lois,prennent des engagements qu’ils ne respectent pas eux-mêmes mais s’arrangent à se défendre sous toutes les manières.

  3. EDAYE dit

    L’honorable David GBAHOUNGBA est à mon sens un homme de Dieu. Il n’a pas droit de se mêler d’affaire louche et je pense que, en tant que tel le jugement des humains lui seront plus légers que celui de Dieu. Comme Dieu ne veut pas la mort du pécheur, si l’honorable veut jouir de la grâce de Dieu, il faut qu’il révèle ses erreurs et qu’il rembourse ce qui se serait faufiler entre ses doigts. De même pour tous les béninois impliqués dans des affaires. Leur dépôt en prison n’est pas la solution. Le bénin a juste besoin des fonds volés pour réaliser ceux à quoi ces fonds avaient été destinés. Le courage de Talon doit être encouragé pour que le plis de la bonne gouvernance soit adopté. Que le Président Talon les rencontre et les oblige à rembourser ce qui est resté injustement dans leurs poches. De même pour l’affaire vente illicite de médicaments. Libérer ATAO et consorts et faites-leur obligation de ne plus recommencer. Ceci participera de la paix très chère à nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus