gaetane

RDC – virus Ebola : en plus un mort et 11 nouvelles infections

Le premier décès d’Ebola a été confirmé lors d’une nouvelle épidémie et 11 personnes ont été infectées par le virus mortel en République Démocratique du Congo, dont trois agents de santé.

L’annonce du ministre de la Santé, Oly Ilunga, a été faite jeudi, cinq nouveaux cas d’Ebola ayant été signalés dans la ville de Bikoro, au nord-ouest du Congo, où une épidémie de virus mortel a été déclarée cette semaine.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Épidémie d’Ébola : le Nigéria renforce ses contrôles sur les personnes en provenance de la RDC [/su_heading]

« L’une des caractéristiques déterminantes de cette épidémie est le fait que trois professionnels de la santé ont été touchés », a déclaré M. Ilunga dans un communiqué. « Cette situation nous inquiète et nécessite une réponse immédiate et énergique. »

Deux infirmières qui étaient en contact avec des patients font également partie des cinq cas suspects, a déclaré le Dr Serge Ngalebato, directeur de l’hôpital de Bikoro. Un autre est une femme d’Ikoko Impenge, l’épicentre de l’épidémie à une trentaine de kilomètres de Bikoro, a-t-il dit.

« Nous avons isolé les patients … Tous les malades présentent des signes de fièvre, de diarrhée, de vomissements, de douleurs abdominales et de fatigue intense », a déclaré Ngalebato.

Avant la déclaration de M. Ilunga jeudi, deux cas de la souche Ebola au Zaïre avaient été confirmés dans la région. C’est la neuvième épidémie d’Ebola au Congo depuis 1976, lorsque la maladie mortelle a été identifiée pour la première fois. Il n’y a pas de traitement spécifique pour le virus Ebola, qui se transmet par les fluides corporels des personnes présentant des symptômes. Sans mesures préventives, le virus peut se propager rapidement entre les personnes et est mortel dans 90% des cas.

Le directeur de l’Institut national de recherche biologique et bactériologique, le Dr Jean Jacques Muyembe, a déclaré mercredi que les experts de la santé devraient être en mesure de contenir rapidement cette épidémie, car la région est si éloignée.

Les cas d’Ebola ont été confirmés après que des responsables dans la capitale, Kinshasa, ont été alertés au début du mois à la mort de 17 personnes d’une fièvre hémorragique au cours des dernières semaines. Cependant, ces cas n’ont pas été confirmés par des tests. Il existe diverses fièvres hémorragiques dont le virus Ebola.

Les cas sont probablement liés à un policier dans la zone de santé de Bikoro qui a présenté des symptômes de fièvre hémorragique et est mort en décembre, a déclaré Muyembe. Sa mère et 10 autres ont ensuite montré des symptômes similaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus