Mort de Jean Eudes Laourou : le Fsp accuse le gouvernement (Communiqué)

Communiqué du Front pour le Sursaut Patriotique (FSP)

Le Jeune Fèmi Jean Eudes LAOUROU âgé de 9 ans, est mort, victime de la Politique d’évacuation sanitaire de Patrice Talon.

Les téléspectateurs béninois ont suivi avec émotion et indignation le reportage (relayé par les réseaux sociaux) du drame du jeune Jean Eudes atteint de leucémie et décédé pour non évacuation à l’extérieur. Le ministre de la Santé, tentant de faire face à l’indignation populaire, s’est lancé à travers un point de presse en date de ce jour, dans des explications pour défendre l’indéfendable. A ce propos, il est de notoriété publique qu’il est des pathologies comme le cancer en général et la leucémie en particulier que peu de structures sanitaires africaines peuvent traiter correctement. Aussi recourt-on souvent à des évacuations sanitaires vers l’étranger, la France notamment et quelques rares pays africains dont l’Afrique du Sud, le Maroc ou la Tunisie. C’est le cas du Bénin dont le plateau technique est des plus démunis. Au nom d’une prétendue réforme du système sanitaire béninois, le président Patrice Talon déclare avoir choisi un opérateur unique, avoir placé des gens pour sélectionner les cas les plus urgents et surtout faire beaucoup d’économies qui serviraient à améliorer le plateau technique. En attendant donc que les économies sur la santé de la population permettent l’amélioration du plateau technique, les Béninois qui n’ont pas les moyens d’aller se faire soigner à l’étranger sont condamnés à une mort certaine. Les technocrates placés par Talon dans l’équipe en charge de cette réforme sont plus préoccupés par les économies à réaliser que par la santé de la population. De plus, ils écartent les destinations africaines possibles et moins coûteuses au profit exclusif de la France pour des raisons qu’on ignore. Le jeune Jean Eudes est victime de cette politique inhumaine. Talon et ses hommes sont restés insensibles aux cris et appels de détresse d’une mère pour sauver son fils. Les démarches de la famille et du médecin traitant auprès des autorités pour obtenir l’évacuation de Jean Eudes ont été vaines. Interpelées par des journalistes d’une télévision étrangère (France 24) à propos de ce drame abominable, les autorités de notre pays se sont réfugiées dans un silence coupable. Combien de Béninois faudra-t-il sacrifier pour satisfaire aux exigences de la réforme du système de santé décidée par Talon ? Le FSP (Front pour le Sursaut Patriotique) assure la famille de Jean Eudes de toute sa compassion et estime que Patrice Talon et son équipe devraient être poursuivis pour non-assistance à personne en danger. Ici comme dans tous les domaines, rien ne va. Des réformes rétrogrades, des réformes qui écrasent et sacrifient les petites gens ainsi que les concurrents au profit du renforcement de l’empire économique et financier du Chef de l’Etat et de ses proches, des réformes qui confisquent les libertés au peuple et instaurent une nouvelle dictature autocratique, des réformes apatrides qui piétinent la souveraineté et la dignité du pays, voilà le fond des réformes de Talon. Une nouvelle gouvernance est donc appelée pour des réformes au profit et au service du peuple béninois.

Cotonou, le 25 mai 2018

Le Front pour le Sursaut Patriotique

4 commentaires
  1. Florian Danton dit

    Lorsqu’on a rien à dire de concrèt il est preferable qu’on se tait.

  2. Myname dit

    La preuve palpable que ce jeune homme n’a pas d’autres occupations. Va chercher à faire non sang! Même évacué, le le malade devrait mourir, au temps accompli il mourrait. Arretez de tout politiser dans ce pays, et surtout de manipuler la population parce qu’elle est illettrée. Ca suffit!!!!

  3. Myname dit

    La preuve palpable que ce jeune homme n’a pas d’autres occupations. Va chercher à faire bon sang! Même évacué, si le malade devrait mourir, au temps accompli il mourrait. Arretez de tout politiser dans ce pays, et surtout de manipuler la population parce qu’elle est illettrée. Ca suffit!!!!

  4. mamadou dit

    effectivement passiblementj je ne confesse point la revendication syndicalisme a priori

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus