Mali – 70e anniversaire des Casques bleus : Antonio  Guterres pose ses valises à Bamako

Mardi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio  Guterres, a fait le déplacement de la capitale malienne, Bamako pour y célébrer avec le personnel sur place, le 70e anniversaire des Casques bleus. Une célébration officielle dans un pays en proie aux activités des groupes terroristes et qui se prépare à une élection présidentielle fin juillet.

C’est le Premier ministre malien Soumeylou Boubèye qui est venu accueillir le patron de l’ONU en compagnie d’une forte délégation d’autres responsables maliens. Il a ensuite reçu les hommages dans un camp de la Mission multidimensionnelle intégrée de l’ONU pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et participé à une cérémonie d’hommage aux Casques bleus tombés en 2017, rapporte Anadolu.

Cette visite est aussi une visite de solidarité à l’occasion du Ramadan. Le Secrétaire général observera le jeûne durant son séjour au Mali, a annoncé son bureau depuis New-York annonçant que le chef de l’ONU rencontrera le Président Ibrahim Boubacar Keïta, 73 ans et candidat à sa réélection.

 « C’est un honneur pour moi de passer la Journée des Casques bleus avec les hommes et femmes courageux qui servent dans notre mission au Mali, la plus meurtrière pour nous l’année dernière. A leurs risques et périls, ils sauvent des vies au service de la paix », a annoncé sur les réseaux sociaux le chef de l’ONU.

Guterres devrait également rencontrer en bilatéral le Premier ministre Boubèye et d’autres représentants officiels maliens, ainsi que le personnel onusien exerçant dans le pays avant de se rendre dans les régions, pour rencontrer les autorités locales, le personnel de l’ONU, ainsi que les représentants religieux et les associations des jeunes et de femmes.

Déployée au Mali en juillet 2013, la Minusma qui compte environ 12.500 militaires et policiers a perdu au total plus de 160 Casques bleus. La Minusma est la plus meurtrière mission de maintien de la paix de l’ONU. En 2017, elle a perdu 21 Casques bleus et sept civils, selon l’organisation. Au 31 mars 2018, la Minusma comptait 11 791 militaires, 1 737 policiers et 1 180 civils entre personnel national, international et volontaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.