Le médiateur de l’ONU à Madagascar pour sortir le pays de l’impasse

Le médiateur désigné par le secrétaire général des Nations unies, Abdoulaye Bathily, est arrivé ce dimanche 06 mai à Antananarivo, après trois semaines de crise politique entre le président Hery  Rajaonarimampianina et l’opposition.

Le médiateur de L’ONU doit rencontrer toutes les parties en conflit dans un contexte de manifestations quasi quotidiennes dans le centre de la capitale. Celles-ci rassemblent entre quelques centaines et quelques milliers de personnes. La mort d’au moins deux manifestants et dix-sept blessés lors de la première manifestation interdite par le pouvoir, le 21 avril, ont fait basculer la contestation politique contre les nouvelles lois électorales adoptées en vue de l’élection présidentielle de décembre en mouvement pour la démission du chef de l’Etat. 

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Madagascar : une partie de la nouvelle loi électorale annulée par la justice [/su_heading]

En effet,  l’opposition exige depuis quelques semaines le départ d’Hery Rajaonarimampianina après l’adoption de loi électorale très contestée. Une option que ce dernier a officiellement écartée dans une interview à la presse le 30 avril. La Haute Cour constitutionnelle (HCC) a partiellement donné raison à l’opposition jeudi 3 mai en annulant certaines dispositions des lois électorales adoptées un mois plus tôt. Dans les trois décisions rendues, la plus haute juridiction malgache juge non conformes à la Constitution les articles portant sur la durée des campagnes, la révision des listes électorales, l’utilisation des bulletins uniques ou les conditions nécessaires pour se porter candidat à la présidence.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Madagascar : l’opposition tente de paralyser l’administration du pays [/su_heading]

Des tentatives de médiation

Mercredi 2 mai, dans une déclaration lue à la presse, et signée par les responsables de la police, de la gendarmerie et de l’armée, le ministre de la défense nationale, le général Béni Xavier Rasolofonirina a demandé aux chefs des partis politiques de mettre un terme aux tensions actuelles et de trouver une solution. En 2009, lors du coup d’Etat, c’est l’armée qui avait porté Andry Rajoelina au pouvoir. L’homme s’était proclamé président d’une « Haute Autorité de transition », poussant alors Marc Ravalomanana à la démission le 17 mars. Ce scénario est resté dans les esprits. Les initiatives prises pour déminer la crise montrent que la situation est prise au sérieux par l’Union africaine et par les Nations unies. Les bailleurs, dont l’Union européenne, ont également proposé leur médiation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.