Burundi : tout savoir sur le référendum de jeudi prochain

Le Burundi se prépare à un référendum historique sur les changements constitutionnels controversés qui pourraient permettre au président Pierre Nkurunziza de rester en fonction jusqu’en 2034.

Jeudi, on demandera aux électeurs d’envisager de supprimer une limite constitutionnelle actuelle pour deux mandats présidentiels de cinq ans chacun. S’il est approuvé, Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, serait en mesure de briguer deux mandats supplémentaires de sept ans.

Selon la commission électorale du pays, plus de cinq millions de personnes se sont inscrites pour participer au référendum. Pour que l’amendement soit mis en œuvre, plus de 50% des bulletins de vote doivent être en faveur du changement. La nouvelle constitution se débarrasse également de l’un des deux vice-présidents et transfère des pouvoirs du gouvernement au président.

Le nouveau texte n’apporte aucun changement à la question sensible des quotas ethniques, qui stipule actuellement que le gouvernement et le parlement doivent être composés de 60% de Hutus et de 40% de Tutsis. Cependant, cela ouvre la possibilité au Sénat d’examiner et éventuellement de modifier cet équilibre. Les quotas sont considérés comme cruciaux pour la paix après la guerre civile de 1995-2003, qui a fait plus de 300 000 morts.

Le vote se déroule dans des conditions strictement contrôlées, et les leaders de parti qui appellent les électeurs à boycotter – plutôt que de voter par oui ou par non – risquent jusqu’à trois ans de prison.

Le général Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du parti au pouvoir CNDD-FDD, a averti les gouvernements étrangers de ne pas intervenir dans le référendum, lors d’un discours dans la capitale, Bujumbura. « Il appartient maintenant aux Burundais de décider de leur avenir et il ne devrait y avoir aucune ingérence de la part de pays étrangers », a-t-il dit, selon The East African.

Sur son site Internet, le CNDD-FDD a appelé tous les citoyens à voter Oui lors du référendum, affirmant que les amendements augmenteraient la transparence, l’inclusivité et l’indépendance.

Allégations d’opposition

La période de la campagne, comme les trois années précédentes de troubles déclenchées par la course controversée mais finalement couronnée de succès de Nkurunziza pour un troisième mandat, a été marquée par l’intimidation et l’abus, selon les groupes de droits de l’homme.

L’opposition exilée a appelé au boycott, qualifiant le référendum de « glas » de l’accord qui a ouvert la voie à la fin de la guerre.

« Le gouvernement ne nous a même pas officiellement communiqué le projet de constitution révisé afin que nous puissions l’examiner et savoir avec certitude quel texte sera soumis à l’approbation ou à la désapprobation publique », Georges Nikiza, porte-parole du RANAC, a été cité par l’agence de presse AFP.

Les partis d’opposition ont été autorisés à se rallier pour la première fois depuis le début de la crise politique de 2015, attirant des foules massives lors de leurs campagnes «Non». Mais les critiques disent que c’était simplement pour fournir un vernis d’inclusivité.

« Des personnes considérées comme opposées au référendum ont été tuées, kidnappées, battues, illégalement arrêtées et détenues par des agents de l’Etat », a déclaré mardi la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH).

Le 20 avril, la police a déclaré que huit personnes avaient été arrêtées dans le but de perturber le prochain référendum en utilisant des armes à feu. Plus tôt en mai, le régulateur de la presse burundaise a suspendu les émissions de la BBC et de Voice of America (VOA) et a averti les autres stations de radio, notamment Radio France International (RFI), de diffuser des informations « tendancieuses et trompeuses ».

Limite des accords

Un accord de paix, signé en 2000 à Arusha en Tanzanie, a aidé à mettre fin à la guerre et comportait une disposition selon laquelle aucun dirigeant ne pourrait remplir plus de deux mandats de cinq ans. Une crise a été déclenchée après que Nkurunziza ait décidé de se présenter pour un troisième mandat, arguant avant les élections de juillet 2015 qu’il n’avait été élu qu’une fois par le peuple.

La décision du président de se faire réélire a entraîné des semaines d’affrontements violents entre les manifestants et les forces de sécurité à Bujumbura. Sa troisième candidature a également déclenché une tentative de coup d’État, qui a été déjoué.

L’ancien chef rebelle a remporté l’élection contestée, qui a été boycottée par l’opposition, et largement critiquée comme n’étant ni libre ni équitable.

Au moins 1 200 personnes ont été tuées dans les violences et plus de 400 000 déplacées. La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré enquêter sur des crimes contre l’humanité présumés commis par l’État dans le pays. En 2017, le Burundi est devenu le premier pays à quitter le tribunal de La Haye. Le troisième mandat de Nkurunziza prendra fin en 2020.

[add_eventon_wv show_et_ft_img="yes" ux_val="4" event_order="DESC" ]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus