gaetane

Bénin – Affaire Mètongnon : la défense désarmée, les mis en cause retournent en prison

Désillusion pour Laurent Mètongnon et ses co-accusés. Les arguments des avocats de la défense n’ont pas eu d’effets positifs au près du juge. Conséquence, l’affaire ne connaîtra pas son épilogue ce mardi 22 mai 2018 comme souhaité par les camps des accusés.

Les avocats de la défense ont vu à leur grande surprise la décision Dcc 18-098 de la Cour constitutionnelle rejetée. Selon cette décision de la Haute Juridiction, la procédure ayant conduit à la détention préventive de Laurent Mètongnon et les autres détenus dans l’affaire est anticonstitutionnelle. Pour la défense, le juge doit se plier à la décision de la Haute juridiction et libérer les détenus sans autre forme de procès.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin – Affaire Laurent Mètongnon: le procès à nouveau reporté[/su_heading]

Le juge en charge de l’affaire n’est pas allé dans le même sens que les avocats des détenus. Il a simplement et purement rejeté la décision de la Cour Constitutionnelle. Mieux, le deuxième plan mis en branle par la défense est également tombé à l’eau. Il s’agit de la demande de liberté provisoire qui a connu le même sort que la décision de la Cour Constitutionnelle.

« Malheureusement nous avons été extraordinairement surpris de constater que le tribunal a rejeté tous les moyens pratiques avancés. »

Me Renaud Agbodjo, avocat de la défense

Pour finir, le juge a renvoyé le procès au 05 juin 2018. Les mis en cause retournent donc derrière les barreaux. La défense visiblement dos au mur dispose encore de quelques jours pour mieux s’armer.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin – Affaire Cnss: un piège sans fin pour Laurent Metongnon et ses co-accusés ?[/su_heading]

Pour rappel, l’affaire est partie, du conseil des ministres du jeudi 02 novembre 2017, qui a annoncé, un versement d’un montant de 71.994.737 francs cfa au profit des dirigeants de la caisse nationale de sécurité sociale (Cnss). Le gouvernement Talon a donc instruit le Garde des sceaux, Ministre de la justice et de la législation à l’effet d’engager des poursuites à l’encontre des dirigeants de la CNSS qui ont tenu des actes de gestion frauduleuse.

1 commentaire
  1. Le lecteur exaspéré dit

    Ces naïfs qui ont cru que l’impunité aura sévi au Bénin pour toujours. Vous ne savez pas ce que vous voulez vraiment. Des traîtres qui doivent même inspirer Larousse ou Le Petit Robert pour revoir la définition du mot traître.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus