« Winnie Mandela était censée être la présidente de l’Afrique du Sud », Jullius Malema

Alors que Winnie Madikizela-Mandela est décédée lundi, le chef de l’opposition gauchiste sud-africaine a déclaré que les misogynes de l’ANC au pouvoir l’avaient empêchée de prendre la place qui lui revient.

“Winnie Mandela était censée être la présidente de l’Afrique du Sud; mais les hommes de l’ANC ont été menacés par une femme et les Blancs ont été menacés par une femme africaine. C’est pourquoi ils ont tout fait pour la détruire”, a déclaré le leader de l’EFF Julius Malema à la foule.

L’ancien leader des jeunes de l’ANC, Malema, un critique virulent du président déchu Jacob Zuma, était proche de Madikizela-Mandela et a le même attrait direct. Il a été expulsé de l’ANC après avoir été reconnu coupable de discours de haine et a créé le FEP en 2013, qui est devenu assez fort pour être un «faiseur de rois» dans les élections du gouvernement local en 2016.

[su_heading size=”17″]A (re) lire aussi : Afrique du Sud : Mort de Winnie Mandela, ex-épouse de Nelson Mandela [/su_heading]

Madikizela-Mandela a fait campagne sans relâche pour la libération de son mari Nelson Mandela et est apparue comme un héros de la libération, mais son héritage a été plus tard terni par des allégations de violence.

Elle était parmi les candidats à la vice-présidence de l’ANC en 1997, un poste qui lui aurait permis d’occuper un rôle de premier plan au niveau national, mais elle a retiré sa candidature après avoir échoué à obtenir un soutien suffisant.

“La mère de la nation aurait restauré la dignité des Noirs”, a déclaré Malema, adoptant une épithète largement utilisée dans les médias sud-africains pour refléter le respect de l’opposition franche de Madikizela-Mandela au régime de l’apartheid.

Peu de sud-africains ordinaires se sont concentrés sur les chapitres les plus sombres de son passé, y compris une condamnation pour enlèvement et agression d’un activiste trouvé avec sa gorge coupée près de sa maison de Soweto.

“Qu’elle repose en paix pour tout le travail formidable qu’elle a accompli… Je souhaite que nous tous, en tant que femmes, assumions l’héritage qu’elle a laissé aux Noirs dans ce pays”, a déclaré Esther Shabangu, une résidente de Johannesburg.

Malema a déclaré que la condamnation de Madikizela-Mandela en 1991 était une imposture et a promis que le FEP se battrait pour les droits des Sud-Africains noirs tout aussi intrépide que le pilier anti-apartheid. “La lance est tombée… Nous sommes ici pour ramasser la lance”, a déclaré Malema.

[su_heading size=”17″]A (re) lire aussi : Afrique du Sud : le successeur de Jacob Zuma enfin désigné [/su_heading]

Des funérailles d’Etat ont été prévus pour Madikizela-Mandela dans un stade de Soweto le 14 avril, a indiqué le bureau du président Cyril Ramaphosa dans un communiqué annonçant des jours de deuil national entre le 3 et le 14 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus