Soudan du Sud : dix humanitaires portés disparus selon l’ONU

Les Nations Unies ont confirmé ce jeudi 26 avril que dix travailleurs humanitaires avaient disparu à l’extérieur de la ville de Yei dans le sud du Soudan du Sud, près de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), a rapporté Xinhua.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a indiqué que l’équipe avait quitté Yei mercredi pour aller évaluer les besoins humanitaires dans la ville de Tore, mais que les contacts sont rompus depuis et qu’elle est toujours portée disparue.

Alain Noudehou, coordinateur humanitaire de l’ONU pour le Soudan du Sud, a déclaré que l’OCHA ne sait toujours pas ce qu’il est advenu de ces travailleurs humanitaires, appelant par ailleurs à leur libération immédiate.

“Nous sommes profondément inquiets et aimerions savoir où se trouvent ces humanitaires. Nous souhaitons obtenir rapidement des informations sur leur sort”, a-t-il fait savoir dans un communiqué publié à Juba.

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Catastrophe : Le Soudan du Sud proche d’une autre famine [/su_heading]

“Ces individus, des employés de l’ONU et de différentes ONG, sont ici pour aider les Sud-Soudanais et ne devraient pas être pris pour cibles. Nos collègues doivent être libérés sans condition pour qu’ils puissent continuer à travailler”, a ajouté le responsable onusien en appelant “toutes les parties au conflit au Soudan du Sud à garantir un environnement sûr et sécurisé, favorable à la livraison de l’aide” humanitaire.

En effet, ces dix travailleurs humanitaires sont tous des Sud-Soudanais. L’un travaille pour l’OCHA, deux pour UNICEF et un pour l’Organisation de développement sud-soudanaise (SSDO). Trois autres travaillent pour l’ONG Plan International, deux pour l’association chrétienne Across et un pour l’ONG Action Africa Help (AAH).

[su_heading size=”17″]A lire aussi: Soudan du Sud : des enfants contraints à regarder leur mère se faire violée et tuée [/su_heading]

Selon l’OCHA, il s’agit du deuxième incident impliquant des travailleurs humanitaires détenus par des groupes armés rien qu’au mois d’avril et le troisième du genre en l’espace de six mois.

Notons que l’’ONU qualifie le Soudan du Sud l’un des pays les plus dangereux en matière de fourniture d’aide humanitaire. Au moins 90 travailleurs humanitaires ont été tués et des dizaines d’autres enlevés par des groupes armés depuis le début des violences qui ont éclaté en décembre 2013 dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus