Kenya : vague de démission au sein du conseil électoral

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La moitié du conseil électoral du Kenya a démissionné « avec effet immédiat », les commissaires citant un manque de confiance dans le leadership de l’organisation.

Connie Nkatha Maina, vice-présidente de la commission indépendante des élections et des frontières du Kenya (IEBC), et deux commissaires, Margaret Mwachanya et Paul Kurgat, ont déclaré qu’ils quittaient leur poste parce qu’ils ne croyaient pas au président Wafula Chebukati, ajoutant que l’organisation était dysfonctionnelle.

« L’institution a continué d’être dysfonctionnelle, avec des décisions arbitraires, des fuites de documents internes … et la poursuite d’intérêts personnels… Le président a, dans plusieurs cas, échoué à être la main stable pour diriger le navire de la commission « , ont déclaré les trois responsables dans une déclaration publiée lors d’une conférence de presse à Nairobi, la capitale du Kenya.

La semaine dernière, la commission a envoyé son directeur général en congé obligatoire de trois mois en attendant un audit, a-t-il dit, sans donner de raisons détaillées. Lors de l’élection générale du pays d’Afrique de l’Est l’année dernière, la commission était au centre de la controverse et accusée par l’opposition de falsifier le vote.

La Cour suprême du pays a annulé les résultats du scrutin présidentiel d’août, affirmant que le bureau électoral avait commis des « irrégularités et des illégalités », portant atteinte à l’intégrité de l’élection. Le leader de l’opposition, Raila Odinga, s’est retiré du scrutin présidentiel en disant qu’il ne croyait pas en la capacité de la commission à mener des élections libres et justes. Le président sortant Uhuru Kenyatta a remporté la reprise du vote.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

X