Chronique de Roger Gbégnonvi : « Djeffa fut un mauvais cinéma, un spectacle indigne »

Ils se sont réunis à Djeffa le samedi 14 avril 2018. Ils ont rédigé un long texte appelé Déclaration et qui, d’entrée de jeu, sonne la charge : « Notre pays, le Bénin, va mal ! ».

Que dire à l’adresse du président Soglo, le plus en vue des quatre leaders en blanc à Djeffa ? Lui rappeler que, peu après avoir quitté le pouvoir, il fut reçu avec les honneurs présidentiels à la Marina et que, au cours d’un tête-à-tête pathétique, son hôte lui avait déclaré que l’on avait été mécontents quand il avait traité les intellectuels béninois de tarés, mais qu’il se devait de lui révéler que, parmi ses collaborateurs les plus zélés du moment, il y en avait deux qui étaient des pervertis (sic).

Et il les avait nommés. Fort de cette confidence, qui le plaçait au-dessus de tout soupçon, lui, Soglo, doit s’éloigner de certaines gens et aurait dû s’éloigner de la Déclaration de Djeffa et de ses affirmations sans analyse. En voici deux ou trois. – « Toutes [les] ressources [du pays] au profit exclusif du Chef de l’Etat et de son clan ». Imaginent la rue et les gouttières. Sornette. Certes, le Chef de l’Etat l’a juré : « Je vais faire maigrir les dépenses de l’Etat ». Et vous voilà sevrés. Mais allez-vous le pendre parce qu’il se rend en voiture à un sommet de l’UEMOA ? – « Tout le peuple est en rébellion contre la politique actuelle ». Pas vrai !

Le député vendeur de faux médicaments, l’ancien maire de Cotonou soupçonné de tricheries, les vendeurs de drogue, les instituteurs voleurs du riz des écoliers, les cybercriminels assassins, etc., ceux-là veulent le désordre. Epouvantable ! -De « hautes personnalités comptables des décisions de l’historique Conférence Nationales des Forces Vives ». Mais non. Le PCB, présent à Djeffa, pourfend lesdites décisions. – « Que le Dieu de Béhanzin… bénisse notre pays ».

Oh non, pas le Dieu du roi qui a vendu ses sujets avant et après l’abolition de l’esclavage ! Etc., etc. Soglo a-t-il vraiment adoubé la Déclaration de Djeffa, farcie de démagogie et teintée de haine ? Ce texte ne reflète pas l’authentique Soglo. Rien à dire à l’adresse du Président Boni Yayi, car il pleura.

Prévoyant la ruine de Jérusalem, Jésus pleura sur Jérusalem. Voyant la ruine dans laquelle il a précipité le Bénin, Boni Yayi pleura à Djeffa. Au souvenir de la CEN-SAD, d’ICC-Services, de Mariagléta, des milliards volés du siège du Parlement, des milliards volés des Pays-Bas, de Dangnivo disparu corps et voiture, etc., etc., à ces souvenirs et à d’autres, Boni Yayi pleura. Grand bien lui fasse, si ce ne sont pas des larmes de caïman, car Boni Yayi sait mener son monde en bateau.

Presque rien à dire à l’adresse de Sébastien Adjavon, président d’honneur de l’USL.  Grâce à un contrôle fiscal, il a refréné son ardeur à nous infliger les poulets réformés de France destinés à la destruction. Nous l’en remercions. Il veut, dit-on, accrocher son nom à un terroir, pour faire écho à « Renard de Djrêgbé ». S’il alimente un peu plus ses bien-aimés journalistes, ils le baptiseront « Crésus de Djeffa ». Mieux sonnant que « Renard de Djrêgbé ».

​Venons-en justement à l’animal politique, Médiateur émérite de la République, Frère Melchior chez les catholiques. La Déclaration de Djeffa, balancée sur Patrice Talon le 14 avril 2018, charrie la même haine que la Déclaration de Cotonou, balancée sur Nicéphore Soglo le 03 juillet 1993, au Sheraton Hôtel, et signée Albert Tévoédjrê. Le général de Gaulle nous livre la morale de cette histoire qui bégaie : « La vieillesse est un naufrage ». Le vieillard, ici, s’est noyé dans l’égout des rancœurs. Or donc, après plus d’un demi-siècle de chauffe, Melchior doit quitter l’agitation sempiternelle, s’arrêter enfin.

Et, avant d’entonner le nunc dimittis, savourer ce que dit l’un de ses auteurs préférés, Alfred de Vigny : « A voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse, / Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse ». ​Au total, Djeffa fut un mauvais cinéma, un spectacle indigne. Quand on n’a plus rien à dire, on se tait. Quand on n’a plus rien à montrer, on se retire. On respecte les Béninois.

PROMO EVENT BENIN WEB TV

21 mai 2018 - 27 mai 2018

  • féb 26, 2018 - mar 04, 2018
  • mar 05, 2018 - mar 11, 2018
  • mar 12, 2018 - mar 18, 2018
  • mar 19, 2018 - mar 25, 2018
  • mar 26, 2018 - avr 01, 2018
  • avr 02, 2018 - avr 08, 2018
  • avr 09, 2018 - avr 15, 2018
  • avr 16, 2018 - avr 22, 2018
  • avr 23, 2018 - avr 29, 2018
  • avr 30, 2018 - mai 06, 2018
  • mai 07, 2018 - mai 13, 2018
  • mai 14, 2018 - mai 20, 2018
  • mai 21, 2018 - mai 27, 2018
  • mai 28, 2018 - jun 03, 2018
  • jun 04, 2018 - jun 10, 2018
  • jun 11, 2018 - jun 17, 2018
  • jun 18, 2018 - jun 24, 2018
  • jun 25, 2018 - jui 01, 2018
  • jui 02, 2018 - jui 08, 2018
  • jui 09, 2018 - jui 15, 2018
  • jui 16, 2018 - jui 22, 2018
  • jui 23, 2018 - jui 29, 2018
  • jui 30, 2018 - aou 05, 2018
  • aou 06, 2018 - aou 12, 2018
  • aou 13, 2018 - aou 19, 2018
lun21
mar22
mer23
jeu24
ven25
sam26
dim27

27mai18 h 30 min21 h 00 minBénin - TEHILLAH Session 6 : une soirée exceptionnelle d'adoration

26mai20 h 30 min22 h 30 minBénin : Les Frères Guèdèhounguè en concert

15 commentaires
  1. Sossou dit

    Non et non. J’en vous reconnais plus. Oh mon Dieu. Non sens. Vous qui défendez l’indéfendable la, c’est parce que vous avez trouvé votre compte ? Quand demain vous serez sevré vous allez parler non. Mon oeil.

  2. Sossou dit

    Ceux qui critiquent le pouvoir sont dans leur rôle. Ceux qui soutiennent le pouvoir sont aussi dans leur rôle. Mr votre chronique ne devrait pas prendre partie. A ce que je sache, vous n’êtes pas acteur politique. Vous devriez être au centre et analyser la situation de Djeffa. C’est parce que le Bénin à cessé d’être un exemple que tout ça se passe ainsi. J’ai honte quand je lis ce que vous avez écrit. C’est dommage pour le pays. Plus de repère dans ce pays le Bénin. Quel dommage

    1. Aladja dit

      Bien dit.
      Merci

  3. la faus dit

    vraiment plus de repère. mr le chroniqueur voulez vous nous dire que notre pays se porte bien ? c est plutôt vos chroniques qui divise les béninois .

  4. Azazou dit

    Merci. Un pseudo-intellectuel qui ne sait pas prendre de la hauteur. Critiquer ou soutenir le pouvoir du jour, c’est notre droit démocratique.
    Mais utiliser sa position d’intellectuel pour une prise de position partisane dans le contexte actuel de notre pays, caractérisé par « mediocritisation » de son élite, est désolant. Il y a beaucoup à dire sur la rencontre de Djeffa. Mais cette tribune partisane venant de Roger Gbegnonvi nous fait désespérer un peu plus de notre élite intellectuelle.

    1. Babalao dit

      Il est temps que toi Roger GBEGNONVI aussi t’éclipses. Qué men deur de poste !

  5. Tonagnon dit

    Le bénin va mal…le bénin va mal…le bénin tombe, entend-on dire. Mais quel est le comparateur ou la situation de référence ? Et si le bénin va mal, ce ne sont Yayi, Soglo et Tovoedjre qui vont guérir le mal. Alors, que ceux qui, jouissant de leur liberté d’expression, chantent « le bénin va mal… le gens ont faim » laissent aussi Roger parler.

    1. Le lecteur exaspéré dit

      Super Monsieur Tonagnon: 20/20 !!!

  6. MARIUSBEN dit

    Très bonne analyse. Tant pis pour les aigris qui critiquent. Notre pays, en deux ans va beaucoup mieux que les 10 ans de Yayi Boni.. On ne peut pas avancer a pas de géant et tout transformer positivement à coup de baguette magique. Ce qui est sûr, le Bénin avance et il n’y que les aveugles qui ne veulent pas voir! Le rassemblement de Djeffa est constitué de gens aigris qui pour une raison ou une autre s’oppose au pouvoir actuel qui se bât avec rigueur pour donner un nouveau souffle au développement du pays. Tout le monde parle de la corruption. Maintenant que la lutte contre cette corruption commence, tout le monde s’y oppose. Soglo dont le fils a mal géré la mairie de Cotonou en détruisant des pièces comptables pour maquiller les comptes ne comprend pas que la lutte contre corruption doit concerner également son fils. La lutte contre la corruption doit concerner les autres et les descendants des dignitaires… Et pourtant, le régime Talon continue sont chemin et peut-être chaque jour nous avancerons d’un petit pas comme on le voit dans la suppression des délestage, dans le coton, dans la lutte contre l’insécurité, etc. Du temps de Soglo, président, on a inventé l’expression « on ne mange pas les pavés » pour dénigrer ses efforts de développement du pays. Aujourd’hui on dit « le peuple a faim » pour dénigrer tous les efforts qui sont accomplis pour faire avancer le pays, malgré nos pauvres moyens. Que veulent certains Béninois?…

    1. Ebenivoire dit

      Bravo a toi Mariusben. c’est la premiere fois que je rentre au pays en vacance et que je n’ai plus eu de policiers pour me ranconner sur les routes. C’est la premiere fois que je rentre au pays en vacance et j’ai passe mes 2 semaines et demi sans allumer mon groupe electrogene une seule fois. Talon leur a coupe l’herbe sous les pieds. Je prie que qu ‘il continue et tienne bon pour sortir mon pays de la misère. C’est l homme qu ‘il nous fallait depuis. Les béninois ne savent pas ce qu ‘ils veulent.

  7. Ken dit

    Belle analyse professeur. Tant pis pour les aigris et les jaloux. Ils vous traiteront de tous les maux, les maudits de la République. Ils étaient où quand yayi et sa bande de pillaient notre pays ? Le sang de Urbain Dagnivo crie justice, les victimes de ICC réclament leur argent etc… La liste est longue. Répondez à ça au lieu de s’attaquer à Gbegnonvi..,..

  8. Cocorico dit

    Prof c’est ton point de vue que malheureusement ton élève ne partage pas.Tu as participé au pouvoir de yayi en qualité de ministre, en son temps tu tenais un discours autre,mais tu as été très tôt éjecté pour des raisons que tu ne nous a jamais élucidé.
    Aujourd’hui tu viens encore nous donner des leçons sur le regroupement de Djeffa ; quel est au fait ton problème ? Il n’est pas interdit de se retrouver en « ami »où en association de gens partageant certains idéaux, si tant tu aimes les actions du président Talon, organise toi même une rencontre qu’on pourrait baptiser Ouidah ou Sème qui pourrait regrouper d’autres acteurs politiques pour contrebalancer le sommet de Djeffa, je crois que aujourd’hui c’est de ça que nous avons réellement besoin et certainement le président si tu veux vraiment le soutenir dans ses actions de développement,il ne s’agit pas de t’occuper des acteurs de Djeffa que nous connaissons tous bien qui par le passé ont déjà joué un rôle en bien ou en mal pour ce pays,quant à toi mon cher prof qu’as tu fait ? nous ne voulons plus de ces chroniqueurs griots sans conviction,il serait bienseant pour vous et par ricochet pour nous tes élèves d’apprendre encore quelque chose de bien de toi au lieu de t’intéresser à chaque acteur de Djeffa que tu essaies de peindre en noir.Propose nous des idées nouvelles pour faire avancer les choses ,ta chronique nous rapporte quoi?Le Président Soglo! Nous le connaissons pour avoir été Président du Bénin et président de la (RB), le respectueux professeur Albert Tevoedjre pour son rôle joué à la conférence Nationale: le sacré exPresidentYaYi qui t’a permis d’être ministre de la République,et le Président d’honneur de USL que je ne présente plus.Non nous ne voulons plus des querelles de personnes mais plutôt un véritable combat des idées pour l’amélioration du cadre socio -politique au Bénin.
    Cher professeur, nous vous savons très cultivé nous voulons encore mettre à profit toute votre bibliothèque et la bonne s’il vous plaît.

    1. Tonangnon dit

      Le président d’honneur usl à qui Yayi a accroché une grosse « pierre fiscale » (qui perdure), avant de devenir son allié de circonstance à Djeffa? Qu’il aille au tribunal, puis après, à la caisse si nécessaire

  9. Akowanou dit

    Gbegnonvi qui fut incapable de gérer le centre songhaï, veut donner de leçon à qui ?
    Il est qui même ce mr.?

    1. Le lecteur exaspéré dit

      Et pourtant Gbenonvi n’a donné de leçon a personne…. Il a juste resuscité l’Histoire amère, qui fait mal à certains. Je me demande ce qu’on peut prevoir de bon dans cette assemblée de Djeffa (vu les couleurs si diverses des acteurs), si bien que toute critique à son endroit suscite le tolé. Kabi les opposants du regimes actuels ne sont juste que des haineux qui crient la rage partout???
      Thikoyi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

X