Bénin : une plainte déposée contre Lionel Zinsou à Cotonou pour escroquerie

Les choses se compliquent pour le franco béninois Lionel Zinsou, candidat à l’élection présidentielle de Mars 2016 au Bénin. En effet, selon la  Lettre du Continent du 26 Avril 2018, le dernier premier ministre sous le régime de l’ancien président Thomas Boni Yayi serait sous le coup d’une poursuite judiciaire dans sa seconde nation, le Bénin.

A en croire la “Lettre du Continent”, cette nouvelle procédure qui vient se greffer sur celle en cours en France fait suite à une plainte déposée au tribunal de première instance de première classe de Cotonou par l’homme d’affaire Mahamadou Bonkoungou, président directeur général du groupe “EBOMAF”, une société de droit burkinabè.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Bénin : Lionel Zinsou toujours sous le poids des dettes de la présidentielle de 2016 ![/su_heading]

Escroquerie, tentative d’escroquerie en bande organisée” tel est le chef d’accusation contenu dans la plainte déposée par le patron du groupe “EBOMAF” le 11 Avril dernier devanrt le procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou.

Faut-il le rappeler, la procédure entamée par l’homme d’affaire Mahamadou Bonkoungou concerne un dossier de dette de 15 Milliards de fcfa contractée par le franco béninois Lionel Zinsou alors candidat sous la bannière de l’alliance Forces Cauris pour un Bénin Émergent (fcbe), une alliance politique soutenant les actions de Boni Yayi.

[su_heading size=”17″]A lire aussi :Bénin: l’affaire Lionel Zinsou – Bonkoungou est-il devenu un dossier d’Etat? [/su_heading]

En fait, Lionel Zinsou a contracté auprès du Sieur Mahamadou Bonkoungou, président-fondateur du groupe burkinabè Ebomaf, une dette colossale évaluée à 15 milliards de FCfa soit 22 millions Euros durant la période de la campagne présidentielle de mars 2016. Selon les informations, cette somme prêtée en plusieurs tranches, entre janvier et mars 2016, a fait l’objet de sept reconnaissances de dettes manuscrites de l’ex-conseiller de Laurent Fabius et ex premier ministre du président Thomas boni Yayi. Ces lettres ont été reconnues le 16 mars 2016 devant Seydou Balama, notaire à Ouagadougou.

Tous ces emprunts ont été effectués alors que le banquier était, le même mois, à quelques jours du second tour de la présidentielle dans son pays; un scrutin qu’il a d’ailleurs perdu face à son challenger, l’actuel Président du Bénin, Patrice Talon.

[su_heading size=”17″]A lire aussi :Dossier Ebomaf-Zinsou: « dans cette affaire, je signe et je persiste qu’il y a eu violation du Code électoral » dixit Gbadamassi [/su_heading]

Alors que l’échéance avait été fixée, quinze jours plus tard, au 31 mars, le temps pour Lionel Zinsou de procéder à une importante vente d’actions, aucun remboursement n’est intervenu à la date prévue. Mahamadou Bonkoungou a perdu patience et a enclenché sans tarder une procédure  judiciaire en France, pays d’adoption de l’économiste Lionel Zinsou. Son avocat Me Patrice Mouchon a mis en branle la procédure à travers plusieurs saisies conservatoires. Celles-ci concernent un bien immobilier situé en Normandie, dans l’ouest de la France ainsi qu’un appartement à Paris.

Pour augmenter la pression sur son débiteur, l’homme d’affaire Mahamaadou Bonkoungou vient d’entamer une procédure parallèle au Bénin avec une plainte déposée au procureur de la république près le tribunal de première instance, de première classe de Cotonou pour escroquerie et tentative d’escroquerie en bande organisée.

Une tournure de l’affaire qui va faire perdre le sommeil à l’économiste Lionel Zinsou et certainement aussi à l’ancien président Thomas Boni Yayi qui aurait joué l’intermédiaire entre l’homme d’affaire burkinabé et Lionel Zinsou.

6 commentaires
  1. gbelok dit

    En quoi est-ce qu’une dette contractée, donc une affaire civile, constitue-t-elle un délit d’escroquerie?

    Si ce n’est pas un 3one-man-show3 politico-judiciaire, qu’on nous dise ce que c’est car même un étudiant qui vient de commencer des études de droit sait qu’une affaire civile (contraction de dette) ne saurait être correctionnalisée.

    Le sieur BOUNKOUNGO dispose d’autres moyens civils pour recouvrer ses dettes auprès du sieur ZINSOU mais de là à traiter le sieur ZINSOU d’escroc, il y a lieu de rechercher les mobiles de son emportement et des procédures judiciaires à l’emporte-pièces ailleurs.

    A moins que des mains invisibles lui ont suggéré cette voie . Ce faisant, le sieur BOUNKOUNGO se discrédite même auprès de ses partenaires.

    1. Oscar dit

      Si tu étais à sa place, tu n’aurais pas cette réaction qui manque de bons sens.

  2. la faus dit

    ça c est l histoire des laboratins

  3. Ken dit

    Rire. Les donneurs de leçons de FSP et de Djeffa sont invités à nous éclairer sur ça.

    1. Oscar dit

      En tout cas

  4. Le Trésor dit

    Oh ça c’est la main invisible des énémies de Zinsou comme le campagnan Gbadamassi!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.