Bénin : le « cartel » des sociétés de ciment contraint à baisser de prix

Par entente tacite, les sociétés de ciment du Bénin ont fait des spéculations sur le prix du ciment. Interpellé par le parlement à travers une question orale avec débat du député Éric Houndété, le gouvernement béninois a indiqué que les cimentiers ont été sommés de baisser le prix du ciment.

Le ministre de l’Industrie, Serge Ahissou, était face aux députés le 26 avril 2018 pour répondre aux interrogations de la représentation nationale sur la hausse subite du prix du ciment. A la question de savoir les raisons qui justifient l’augmentation du prix du ciment, le ministre Ahissou a fait savoir que la spéculation sur le prix du ciment est partie de la décision d’un cimentier d’augmenter son prix de vente à la tonne pour mieux faire face à ses difficultés d’approvisionnement de matières premières, devenues un peu plus chères.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Economie : vers un front uni Bénin-Nigéria pour éradiquer la contrebande[/su_heading]

Le marché de ciment au Bénin est un oligopole (quelques offreurs face à plusieurs demandeurs). La décision d’un cimentier d’augmenter son prix de vente apparaît alors une opportunité d’affaire que les autres cimentiers n’ont pas pu s’en empêcher de saisir. Une forme de cartel qui a donc occasionné des spéculations sur le prix du ciment dans le pays. « Le gouvernement s’est vite dépêché d’arrêter cette spéculation », a rassuré le ministre Ahissou aux députés.

Selon Robert Anagonou, économiste, la situation de cartel pénalise les consommateurs sauf dans le cas où le cartel évite une concurrence exacerbée entraînant des dépenses de publicité très importantes qui finissent par se répercuter sur le prix des produits. « Le cartel ne fait pas profiter aux consommateurs les effets positifs d’une véritable concurrence entre les vendeurs d’un même marché comme la baisse des prix ou l’augmentation de la qualité », a-t-il expliqué.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Pétrole : comment le Niger, le Bénin, le Cameroun, le Tchad et le Togo profitent du Nigéria[/su_heading]

« L’augmentation que nous constatons est bien évidemment exagérée et le gouvernement ne s’est jamais mis d’accord par rapport à cette augmentation. Des démarches sont en cours en ce moment pour imposer aux producteurs de ciment une limite raisonnable de prix de vente qu’ils ne doivent pas dépasser… », a indiqué le ministre Ahissou. Mais pour l’heure, il est imposé aux cimentiers de baisser le prix du ciment dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus