ESMT Sénégal

Jean-Baptiste Elias : « aucun gouvernement responsable ne peut tolérer les faux médicaments »

Monsieur « Corruption » comme beaucoup de citoyens se plaisent à l’appeler était ce weekend sur un média de la place par rapport aux dossiers de corruption. Le gré à gré dont serait champion l’actuel régime et le dossier des faux médicaments ont été quelques uns des sujets abordés par le président du FONAC.

Interrogé sur le manque d’activité de son organisation, Monsieur Jean-Baptiste Élias, puisque c’est de lui qu’il s’agit, affirme qu’il est toujours en attente des dossiers de corruption et qu’il n’a été saisi par personne avec éléments prouvant qu’il y a corruption ou passation de marchés publics en violation de la procédure en la matière.

Abordant la question des faux médicaments qui est à l’origine de la mise sous mandats de dépôts de certains grossistes répartiteurs (actuellement condamnés à 4 ans de prison – ndlr), Monsieur Jean – Baptiste Élias n’est pas allé de main morte pour affirmer que la lutte que mène le gouvernement  est une lutte à encourager.

Contrairement à ce qui est véhiculé par certains acteurs politiques, le président du front des organisations nationales de lutte contre la corruption (fonac) est formel sur le fait que la lutte du gouvernement Talon contre les faux médicaments n’est pas « politique ».

Pour Jean-Baptiste Élias, il faut simplement se référer aux cas de maladies et de décès dus à la vente des faux médicaments pour apprécier la pertinence de la lutte qui est menée dans ce domaine.

« aucun gouvernement responsable et sérieux ne peut tolérer que les faux médicaments continuent par circuler dans son pays. Ne croyez pas que la lutte contre les faux médicaments est une affaire du Bénin. Ce n’est pas une affaire politique« ; a martelé le président du fonac.

A l’en croire, cette lutte déclenchée par le président Patrice Talon se mène également dans d’autres pays de la sous région comme le Togo, la Côte d’Ivoire, le Sénégal. C’est donc d’un enjeu social perçu par beaucoup de chefs d’Etat. Il souhaite que le processus de ratification de la convention « MEDICRIME » contre le trafic de faux médicaments aboutisse rapidement avant d’inviter les populations à jouer leur partition en étant vigilant dans l’achat des médicaments.

17 décembre 2018 - 23 décembre 2018

  • sep 24, 2018 - sep 30, 2018
  • oct 01, 2018 - oct 07, 2018
  • oct 08, 2018 - oct 14, 2018
  • oct 15, 2018 - oct 21, 2018
  • oct 22, 2018 - oct 28, 2018
  • oct 29, 2018 - nov 04, 2018
  • nov 05, 2018 - nov 11, 2018
  • nov 12, 2018 - nov 18, 2018
  • nov 19, 2018 - nov 25, 2018
  • nov 26, 2018 - dec 02, 2018
  • dec 03, 2018 - dec 09, 2018
  • dec 10, 2018 - dec 16, 2018
  • dec 17, 2018 - dec 23, 2018
  • dec 24, 2018 - dec 30, 2018
  • dec 31, 2018 - jan 06, 2019
  • jan 07, 2019 - jan 13, 2019
  • jan 14, 2019 - jan 20, 2019
  • jan 21, 2019 - jan 27, 2019
  • jan 28, 2019 - fév 03, 2019
  • fév 04, 2019 - fév 10, 2019
  • fév 11, 2019 - fév 17, 2019
  • fév 18, 2019 - fév 24, 2019
  • fév 25, 2019 - mar 03, 2019
  • mar 04, 2019 - mar 10, 2019
  • mar 11, 2019 - mar 17, 2019
lun17
mar18
mer19
jeu20
ven21
sam22
dim23

08nov(nov 8)0 h 00 min26dec(dec 26)0 h 00 minBénin: 1ère édition du salon du bébé et le village des enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus

X