gaetane

Héritage Johnny Hallyday : une deuxième lettre de Laura Smet à Laeticia met de l’huile sur le feu

Le feuilleton autour de l’épineuse question de la succession de Johnny Hallyday continu avec un nouvel épisode.

À deux jours de la première audience concernant l’affaire du testament de Johnny Hallyday, des éléments continuent de faire surface pour révéler la rage de la tension entre les clans Hallyday et Boudou du sujet pactole du rockeur.

[su_heading size= »15″]A (re) lire aussi : Héritage de Johnny Hallyday : la veuve Laeticia monte au créneau et menace [/su_heading]

Trois mois et demi après la mort de Johnny Hallyday, sa veuve Laeticia et ses aînés David et Laura se déchirent autour de la question successorale. Comme le révèlent nos confrères de TF1 dans une nouvelle édition du 20h ce lundi 12 mars présentée par Gilles Bouleau, Laura Smet a adressé une nouvelle lettre à sa belle-mère quelques jours après lui avoir envoyé un premier courrier le 31 janvier dernier.

Dans ce document datant du 7 février, la fille du rockeur et de Nathalie Baye explique avoir eu la possibilité d’écouter avec David Hallyday des chansons issues de l’album posthume. Les aînés du chanteur demandent donc un droit de regard sur celles-ci : « Chère Laeti­­cia, nous avons compris que la sortie de l’al­­bum […] serait immi­­nente […], papa nous avait fait écou­­ter quelques chan­­sons de façon infor­­melle. Il est indis­­pen­­sable que nous puis­­sions en notre qualité d’hé­­ri­­tiers […] prendre connais­­sance de ce projet d’al­­bum. […] Si ce projet d’al­­bum ne recueillait pas notre accord, nous deman­­de­­rions que sa sortie soit diffé­­rée. »

Cependant, Johnny Hallyday ayant évincé ses aînés de son testament, ces derniers n’ont aucun droit de regard sur son patrimoine ou sur les droits d’artiste et ne peuvent donc en aucun cas intervenir sur l’album. Fidèle à cette décision, Laeticia Hallyday a rejeté leur requête en affirmant que « de son vivant, [son] époux a validé les enregistements produits et donné son accord à leur commercialisation ». La bataille juridique risque donc bien de réserver encore quelques surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus