gaetane

Bénin – Fronde sociale : le gouvernement dans un plan B pour casser le mouvement syndical ?

Suite aux nombreux échecs dans les négociations avec les centrales syndicales, le gouvernement, pour la résolution de la crise, se donne une autre option.

Cette dernière consiste à rencontrer, en dehors des centrales syndicales, les autres couches de l’enseignement. Ainsi, après la rencontre tenue avec les vacataires ce samedi 17 mars 2018, une autre rencontre est en vue avec les chefs d’établissement et le personnel administratif dans la journée de ce dimanche 18 mars 2018.

[su_heading size= »15″]A (re) lire aussi : Bénin – Fronde sociale : une délégation gouvernementale à la rencontre des enseignants vacataires[/su_heading]

De sources proches du ministère de l’enseignement secondaire, ces rencontres s’inscrivent dans le cadre des consultations que le gouvernement a décidé de faire avec les enseignants à la base étant donné que les négociations ne passent pas avec leurs responsables syndicaux. Une stratégie qui pourrait déstabiliser les centrales syndicales qui semblent ne pas être sur la même longueur d’onde que le gouvernement.

[su_heading size= »15″]A (re) lire aussi :Fronde sociale et reprise des cours : gouvernement et syndicats jouent les prolongations [/su_heading]

Mais quand on sait que les centrales syndicales ont reçu mandat pour défendre les syndicats à la base que le gouvernement entrevoit rencontrer ces acteurs, l’on se demande si ce n’est pas une stratégie qui a peu de chance de prospérer ? Pour cause , ces derniers jours, on a pu constater la détermination de ces syndicats à la base qui ont suffisamment mis la pression aux secrétaires généraux des centrales syndicales afin que leurs réelles aspirations soient prises en compte dans les négociations .

Néanmoins, cette option va permettre au gouvernement d’entendre le son de cloche de ces syndicats à la base en dehors de ce qu’il a toujours entendu de la part des responsables des centrales syndicales qui ne sont que des portes paroles. Une occasion pour les deux parties de mener des discussions franches qui pourraient déboucher sur une sortie de crise souhaitée par les deux parties.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus