Bénin – faux médicaments : Dr Dayane Amadou relève des failles dans la gestion du dossier

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Invité sur la chaîne de télévision Canal3 le mardi 20 mars dernier, Dr Dayane Amadou, membre de l’intersyndicale des pharmaciens du Bénin a relevé des failles dans la gestion du dossier « faux médicaments ». Des observations qui lui font dire que les accusions portées contre les mis en cause en parlant des grossistes condamnés, ne tiennent pas la route.

Dans son intervention, il fait comprendre que les grossistes ne devraient en aucun cas faire objet de condamnation pour vente de médicaments falsifiés, d’exposition et détention en vue de vente ou vente de substances médicamenteuses falsifiées, corrompues ou toxiques, de complicité d’exercice illégal en pharmacie. A l’en croire, les grossistes répartiteurs constituent pratiquement le dernier maillon d’une chaîne bien suivie et réglementée. « Un médicament pour être vendu légalement doit recevoir une autorisation de mise sur le marché encore appelée Amm, délivrée à la suite d’une étude de dossier par un comité d’experts hautement qualifiés. Après cela, le même médicament doit encore recevoir un visa de commercialisation co-délivré par le Ministère de la Santé et la Direction des pharmacies », a-t-il clarifié. Il continue en notifiant que c’est après cette procédure que les grossistes entre dans la danse pour assurer l’introduction des produits sur le marché.

Au vue de cet argumentaire Dr Dayane Amadou ne voit pas en quoi la responsabilité des grossistes est engagée dans les accusations portées contre eux. « Où se situe la responsabilité des grossistes aujourd’hui condamnés ? », s’est-il interrogé. Il va par la suite préciser que le laboratoire New Cesamex blâmé aujourd’hui par le gouvernement a bel et bien reçu l’autorisation des structures compétentes du Ministère de la Santé.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

1 commentaire
  1. Happy dit

    Que de bonnes questions de la pArt de Dr. Dayan, il y à une totale injustice. Tellement triste que c’est un dossier qui a été géré par des soit disant hommes de la loi. Il faut être juste et nos actes d’aujourd’hui nous rattrapent demain. Procureurs vous travaillez pour le peuple et non pour un homme. Faites preuve d’impartialité dans vos fonction, Dieu vous regarde. La roue tourne

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

X