Bénin : congrès de l’Union sociale libérale ou le procès de la gouvernance Talon ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le congrès constitutif du parti de l’Union sociale libérale (USL) dont l’homme d’affaires Sébastien Ajavon est le président d’honneur semble avoir pris des allures d’un procès de la gouvernance Talon par les acteurs politiques de l’opposition.

Djeffa, une localité de la commune de Sème-Podji, a abrité le 24 mars 2018, un meeting géant des militant et sympathisants du parti de l’Union sociale libérale porté sur les fronts baptismaux le 23 mars 2018. A cette occasion, plusieurs acteurs politiques opposés au régime du président Talon se sont succédé à la tribune officielle pour non seulement exprimer tout leur soutien au parti naissant, mais aussi et surtout donner leur appréciation de la gouvernance du président Talon.

Si pour le député Léon Basile Ahossi, le régime Talon déroule un rouleau compresseur sur toutes les institutions de la République, notamment la Cour constitutionnelle et le l’Assemblée nationale, le Parti communiste du Bénin (PCB) estime pour sa part que le pays est en danger depuis à l’accession au pouvoir de Patrice Talon, qui s’obstine à remettre en cause les libertés démocratiques chèrement acquis. « Il faut du courage aujourd’hui pour être démocrate au Bénin. Il faut de l’abnégation pour le rester. Il est presque suicidaire de la revendiquer et de le professer », dira le député Léon Basile Ahossi.

Selon le PCB, à l’ère du régime Talon, l’Assemblée nationale est vassalisée avec la majorité mécanique des députés qui porte les projets de loi du gouvernement en les transformant en proposition de loi. « La Cour constitutionnelle est ostracisée et marginalisée. Le président de la République, depuis son arrivée au pouvoir, refuse de se plier aux dispositions constitutionnelles en refusant d’appliquer les décisions de la Cour… le pouvoir de la Rupture a ainsi mis la Constitution en lambeau », a martelé le représentant du PCB au congrès de l’USL et à Sébastien Ajavon d’ajouter : « le pouvoir fait la confiscation des libertés et des ressources de l’Etat ».

Le président du Parti pour la Libération du peuple (PLP) ne dira pas le contraire. A en croire Léonce Houngbadji, les constitutionnalistes indépendants et les magistrats de l’ordre judiciaire reconnaissent qu’au Bénin, la violation des lois de la République est devenue systématique. Le Secrétaire exécutif national du parti des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), Valentin Djènontin, a, en ce qui le concerne, mis l’accent sur le refus délibéré du président de la République, du ministre des Finances, et du Directeur général du trésor de répondre aux instructions de la Cour constitutionnelle à propos des salaires des membres du gouvernement.

L’ancien président du Bénin (1991-1996), Nicéphore Soglo, par contre, s’est préoccupé des relations conflictuelles entre le pouvoir Talon et l’homme d’affaires Sébastien Ajavon, président du Patronat béninois. Pour l’ancien président, ces relations conflictuelles n’augurent pas d’un avenir de paix pour le Bénin car disait-il, « c’est au patronat, aidé par le gouvernement, de créer des emplois pour résorber le chômage des jeunes ». Il faut donc, selon l’ancien président, un dialogue responsable entre le président Talon et Sébastien Ajavon, sinon le Bénin cours de grand danger.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

3 commentaires
  1. AIGBEDE Jule dit

    Quoi de neuf ! On a vu la gestion dictatoriale des FCBE et surtout de Yayi. Le président du patronat ne cherche que le pouvoir. La création de l’emploi ne l’intéresse pas trop. Il créé une radio juste pour faire sa propre promotion. Il a toujours de problèmes avec les présidents du Bénin sauf Feu Kerekou et Soglo car il ne s’était pas mêlé de la politique. On a tout vu et attendu sous l’ère Yayi. A 2021 le peuple fera encore son choix.

  2. Zannou dit

    Chacun va à la tribune avec ses mots de soutien et d’indignation; les partisans applaudissent et les autres renfrognent les mines…eh oui, ainsi va la vie. Aujourd’hui, ils trouvent tous à dire alors que la nation dite mise en lambeau a connu son sort dans leurs mains hier seulement. Aujourd’hui, ils ont tous la bouche, d’autres ont fuis, certains se cachent encore mais trouvent la force avec les assises de Parakou et celles de Sèmè-Podji. Comme il a été donné aux Pharisiens de sacrifié le Rédempteur, voilà, c’est une scène pareille qui se déroule. Il reviendront demain encore, demain tout proche là si Dieu nous prête-vie, et diront **si je savais**. Retenez tout de même quelque chose, le seul et unique but, objectif, mission, etc… d’un capitaliste, c’est d’abord et avant tout le profit. Vous reviendrez avaler vos vomissures.

  3. Ken dit

    Les chiens aboient, et la caravane Talon avance. Les organisateurs des concours frauduleux, les spécialistes de scandales de toute sorte ( ICC, CEN SAD, etc..) veulent aussi parler de mal gouvernance. Huummm,quelle aberration ? La bande à boni yayi ne connais pas la honte ? Revenir au pouvoir au Bénin ? Même pas dans vos rêves. Ajotolè

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

X