gaetane

USA : pour empêcher les tueries dans les écoles, Donald Trump envisage d’armer les enseignants

« Si un enseignant est adepte des armes, il pourrait mettre fin à une attaque très rapidement », a déclaré mercredi le président américain Donald Trump lors de sa séance d’écoute,à la Maison Blanche, des familles des victimes et rescapés de la fusillade qui a fait 17 morts la semaine dernière dans un lycée de Floride.

Tour à tour, des étudiants de différentes écoles endeuillées par les armes et des parents de victimes, assis en cercle autour de lui dans un vaste salon de la Maison Blanche, ont dit leur douleur, raconté leur détresse. Mais aussi avancé des propositions, très variées.

Des voix brisées, des larmes, de la colère aussi : face aux témoignages des rescapés de la fusillade de Floride, Donald Trump a promis, mercredi 21 février, des mesures « fortes », évoquant ainsi cette possibilité du port d’armes.

Les professeurs concernés porteraient leur arme de façon dissimulée et suivraient une formation spéciale préalable, a précisé le président, en indiquant que cette piste méritait véritablement d’être étudiée.

« Évidemment, cela s’appliquerait uniquement aux enseignants sachant manier une arme », a-t-il concédé, en suggérant d’armer 20 % des effectifs des équipes pédagogiques.

« Si un professeur… avait été un amateur d’armes à feu, cela aurait pu mettre fin à l’attaque très rapidement », a souligné le président, tout en reconnaissant qu’il s’agissait d’une mesure « controversée ». Laquelle émane de la National Rifle Association (NRA), le lobby américain des armes dont les liens avec Trump avaient été pointés du doigt par Emma Gonzalez, une survivante de la fusillade de Floride devenue égérie de la cause anti-armes.

Pour que cette mesure soit adoptée, il faudrait toutefois que la règle interdisant le port d’armes dans les écoles prenne fin. Selon le président, la sanctuarisation des établissements scolaires a pour effet d’attirer les « maniaques », ces « lâches » soucieux de trouver des cibles qui ne répondent pas aux tirs.

La mort de 17 personnes dans une fusillade survenue dans un lycée de Floride mercredi 14 février a relancé (une fois de plus) l’éternel débat autour du port d’armes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus