Soudan du Sud : des enfants contraints à regarder leur mère se faire violée et tuée

Des enfants du Soudan du Sud ont été contraints à regarder leur mère se faire violée et tuée, selon l’ONU a rapporté la BBC.

Selon un rapport des enquêteurs des Nations unies sur les droits de l’homme, 40 fonctionnaires pourraient être individuellement responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Il affirme que des civils ont été torturés et mutilés et que des villages ont été détruits à l’échelle industrielle. Le conflit entre les factions gouvernementales s’est poursuivi au Soudan du Sud malgré un accord de paix signé en 2015.

Le président sud-soudanais Salva Kiir avait signé, mercredi 26 août 2015 à Juba, un accord de paix avec son rival, l’ancien vice-président Riek Machar, pour mettre fin à vingt mois de guerre civile au Soudan du Sud.

Cette signature dont l’objectif était d’enrayer la spirale autodestructrice dans laquelle se sont engagés les dirigeants du Soudan du Sud, avait été l’objet de beaucoup d’inquiétudes parce que Salva Kiir n’en voulait pas.

Il s’y était opposé et avait demandé un délai de quinze jours, avant de se raviser.Son rival, l’ancien vice-président Riek Machar, avait ratifié neuf jours plus tôt le texte préparé par les médiateurs régionaux.

Le conflit, marqué par des massacres et des atrocités contre les civils, a fait au moins 50 000 morts et contraint à l’exil plus de 2,2 millions de Sud-Soudanais, selon l’ONU.

Le Soudan du Sud, plus jeune Etat du monde, a proclamé son indépendance en juillet 2011 après trente ans de conflit contre Khartoum.

Il a replongé dans la guerre en décembre 2013, quand des combats ont éclaté au sein de l’armée sud-soudanaise, minée par les dissensions politico-ethniques alimentées par la rivalité entre Salva Kiir et Riek Machar (ancien vice-président), à la tête du régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus