Bénin : Les responsables étudiants dénoncent la mauvaise foi du pouvoir Talon

La rencontre d’échange entre la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie Odile Attanasso et les responsables étudiants, tenue ce vendredi 09 février 2018, a accouchée d’une souris.

A l’issue de la rencontre, les responsables étudiants, dans un communiqué conjoint, ont déploré la mauvaise foi du pouvoir Talon.

« Au terme des échanges, rien de concret à se mettre sous la dent. Aucune avancée : si non que la volonté manifeste du pouvoir Talon à fermer la porte des universités aux enfants de parents pauvres mais aussi et surtout porter entorse aux libertés associative, d’expression, de manifestation et de réunion sur nos campus universitaires.

En clair, Madame Marie Odile Attanasso, dans une arrogance à peine voilée, s’est versée dans du dilatoire en 6 heures d’horloge de discussion » a fait observer les responsables étudiants dans leur communiqué.

[su_heading size=”17″]Lire aussi : Bénin – UAC : un début de grève des étudiants réussi sans affrontements[/su_heading]

A en croire les responsables étudiants, la ministre Attanasso a affiché au cours de la rencontre sa détermination à mettre en œuvre de force ou de gré les décrets objets de querelles entre les organisations estudiantines et le gouvernement. « Concernant les nouveaux critères d’attribution des allocations universitaires, elle (la ministre Attanasso – ndlr) soutient que désormais les allocations universitaires (bourse et secours) s’octroieront en fonction de la disponibilité budgétaire. Et, il peut arriver que le gouvernement décide d’attribuer des bourses dans une ou deux filières de formation dans une année, s’il estime que c’est sa priorité », peut-on lire dans le communiqué des responsables étudiants.

Face à la situation, les responsables étudiants entendent continuer le combat pour l’abrogation des décrets, qui suppriment les allocations universitaires d’une part et d’autre part, mettent en berne les libertés publiques sur les campus universitaires.

Ils en appellent donc leurs camarades étudiants à plus de mobilisation et à plus détermination pour la suite de la lutte. Par la même occasion, ils annoncent la reconduction du mouvement de grève entamé le 06 février 2018 sur les campus d’Abomey Calavi et de Parakou.

3 commentaires
  1. TODJINOU Moussa Edgard dit

    C’est inadmissible et incompréhensible que l’on veuille octroyer les bourses d’études au gré des disponibilités budgétaires. C’est lamentable.

  2. Vila dit

    Elle sait que tous ne peuvent avoir la bourse, mais elle oblige tout le monde à payer les frais de bourse qui s’élèvent à 15000f. Ce sont nos sous qui vont encore donner les bourses ? Pffff

  3. Yamon dit

    C’est triste pour mon pays

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.