Bénin : l’ultimatum du préfet Modeste Toboula aux vendeurs à la sauvette

A compter du 1er mars 2018, tout contrevenant aux dispositions de l’arrêté préfectoral portant interdiction de vente à la sauvette au niveau des carrefours, sur les trottoirs et les terre-pleins centraux de la ville de Cotonou s’exposera aux rigueurs de la loi. C’est ce qui ressort d’un communiqué du préfet du département du Littoral, Modeste Toboula.

Pour le préfet Toboula, la plupart des carrefours de Cotonou munis de feux tricolores sont pris d’assaut par des vendeurs de tout produit. Une pratique qui, selon lui, occasionne un encombrement dangereux des artères et expose les vendeurs et tous les autres usagers de la route aux risques d’accident.

[su_heading size=”17″]A (re)lire : Bénin : la traque des vendeurs à la sauvette, l’autre drame social sous le régime Talon ?[/su_heading]

Face à cette situation qui ne cesse de s’amplifier et qui constitue une source d’insécurité, le préfet Toboula a invité les vendeurs à la sauvette à se diriger vers les centres marchands pour l’exercice de leurs activités dans la légalité et dans la sécurité. Tout en rappelant aux vendeurs à la sauvette le caractère illégal de leur activité, le préfet Taboula en appelle à leur sens de responsabilité et de civisme pour une ville propre, attrayante et sécurisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus