Bénin : Gaston Zossou sort de son couvent et tacle Boni Yayi

Le 2ème congrès des Forces Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) a le mérite d’avoir suscité la réaction de certaines personnalités politiques de la mouvance présidentielle. En dehors de l’honorable Rachi Gbadamassi qui est resté dans une posture de réplique , Gaston Zossou aussi n’a pas pu garder son silence. Connu pour avoir pendant longtemps mené une opposition contre le régime Yayi sur les réseau sociaux, l’homme n’a visiblement pas perdu son amour pour ce canal de communication malgré qu’il soit désormais à un poste de responsabilité dans l’appareil étatique.

Gaston Zossou a manifesté son avis sur le congrès des cauris à travers deux publications sur les réseaux sociaux . Dans la première publication on pouvait clairement lire:

« J’ai vu le scénario grossier, quoique lourdement financé, du retour du roi de la bouffonnerie. Vous n’avez rien pu faire étant debout, et c’est maintenant que le sort vous a jetés à terre que vous rêvez de triomphe. Ne voyez-vous pas que votre rêve est assaisonné d’un peu d’insanité ?Nous n’avons rien oublié de vos crimes ».

Une manière pour lui de déplorer cette remobilisation des FCBE qui selon lui auraient mieux faire de rester dans leur coin au vue des dommages qu’ils auraient créés pour le Bénin durant les dix dernières années.

Comme si cela ne suffisait pas , le Directeur de la Loterie Nationale est revenu à la charge pour analyser certains propos de l’ancien Président Boni Yayi. Il s’appuie sur l’un des propos du Président d’honneur des FCBE qui invitait les acteurs politiques à ne pas avoir des comportements régionalistes. « Ne crée pas de parti politique qui veut. Un parti politique doit couvrir toute la République , la Nation, nous devons éviter le régionalisme , éviter les partis tribalistes, régionalistes, ethniques… », avait-il déclaré . Dans la réplique de l’ancien activiste des réseaux sociaux, il apparaît que Boni Yayi n’est pas bien placé pour parler de lutte contre le régionalisme. A l’en croire il en été un grand acteur lors de son règne, il n’est donc pas en position de donner des leçons à qui que ce soit sur ce plan.

« Cet homme peut-il nous faire injonction d’éviter le régionalisme? Lui qui a été le grand orchestrateur du mal ici? Lui qui a annoncé:  » j’irai chercher les miens du Bénin profond. pour affronter ceux du Bénin superficiel » ? » , s’interroge-t-il.

4 commentaires
  1. Paul Yedji L'utilisateur dit

    Mr Gaston dit quoi au juste! La différence entre le pr Yayi et le pr talon c’est que le Pr Yayi a géré avec le peuple mais le pr talon gère avec quelques personnes.La conséquence c’est que même si avec Talon il y a de scandale l’information restera seulement entre la présidence et ces personnes.Mais sachez chers rupturiens que rien ne se cache éternellement.Malgré votre expertise quand ça va pourrir ça va sentir.La preuve Yayi a organisé des concours frauduleux des finances et vous avez annulé et vous aussi ,vous organisez aussi les concours du meme ministere des finances avec fraude malgré votre expertise.Pourquoi passez votre temps a critiquer Yayi si vous faites pire que Yayi mais en top secret.Le ciel vous mettra a nu et a découvert si vous ne changez pas chers rupturiens.Nous vous avons fait confiance pour la transparence et l’équité dans la gestion du Bénin mais vous vous organisez pour nous berner.Ce n’est que le début ,vos cadavres sortiront si vous ne changer pas pour réellement servir le peuple.

    1. James L'utilisateur dit

      Gaston zossou ou affaire Titan je voulais m’en arrêté la car il faut avoir les cheveux aux yeux pour tenir de pareil propos. Merci à vous pour ce commentaire.

  2. Prince L'utilisateur dit

    C’est dommage pour ce pauvre pays. Au lieu de chercher à travailler ils perdent leur temps à critiquer Boni Yayi qui les dépasse sur tous les plans.

  3. DOSSOU L'utilisateur dit

    Le grand partisan du régionalisme est l’actuel patron de la marina qui dans l’ombre a fait le lit à déliquescence morale et politique que nous vivons actuellement.
    Cependant, nous l’avons fait chef de l’État. Pourquoi alors méprisé l’appel à s’abstenir d’un fléau qui met à mal la vie politique de la nation ?
    Selon Gaston Zossou, qui a mal agi ne pourra plus jamais bien agir.
    Est-ce le bon sens ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.