Bénin: cinq grossistes répartiteurs sous mandat de dépôt pour trafic de « médicaments falsifiés »

L’affaire de trafic illicite de médicaments dans laquellle est impliqué le député Atao Hinnouho est loin de livrer tous ses secrets. En effet, tous les grossistes répartiteurs, (six au total) opérant sur le territoire béninois seraient également impliqués dans ledit trafic ou dans des activités similaires.

Promo Pharma, Came, Ubphar, Ubipharm, Promo Pharma et Gapob, aucun des six grossistes répartiteurs de médicaments au Bénin ne semblent être “catholiques” dans leur activité d’approvisionnement des formations sanitaires publiques et privées à but non lucratif ainsi que les officines de pharmacie en médicaments essentiels génériques et consommables médicaux de première nécessité.

[su_heading size=”17″]A (re) lire aussi : Bénin : De faux médicaments dans nos pharmacies ? [/su_heading]

Selon des sources bien informées, ces derniers sont soupçonnés de vente de médicaments falsifiés, exposition, détention en vue de vente, mise en vente ou vente de substances médicamenteuses falsifiées ou toxiques.

Mis sous mandat de dépôt depuis ce 20 février à l’exception des dirigeants de Promo Pharma, les responsables de ces structures  seront présentés au procureur de la République ce mercredi 21 février 2018 pour y répondre de leurs actes.

Notons qu’au titre des personnes interpellées, il y a également deux collaborateurs du député Atao Hinnouho ainsi que le directeur des Pharmacies, des Médicaments et des Explorations diagnostic (DPMED) poursuivi pour n’avoir pas su contrôler, au regard de sa fonction, le marché et empêcher les dites infractions.

Pour rappel, le 07 décembre 2017 la Police Judiciaire a effectué une opération de perquisition au domicile de l’honorable Atao Hinnouho dans le cadre d’une enquête préliminaire sur le trafic de faux médicaments.

Mais cette opération de perquisition avait été empêchée par le député qui a brandi son statut de député à l’Assemblée nationale.

Convoqué le même jour par la Police pour être écouté dans le cadre de cette enquête, le député et sa compagne, qui serait aussi impliquée dans l’affaire, ont quitté leur domicile pour une destination jusque-là, inconnue.

En l’absence du député et sa famille, la Police a finalement pu perquisitionner le domicile où plusieurs tonnes de « faux » médicaments ont été découvertes.

[su_heading size=”17″]A (re) lire aussi : Bénin : la levée de l’immunité du député Atao Hinnouho enclenchée ! [/su_heading]

Selon le bilan provisoire de cette découverte établi par les autorités judiciaires, plus de 94 tonnes de médicaments ont été saisies par la Police judiciaire dans plusieurs entrepôts qui seraient la propriété du député Atao Hinnouho. Selon les avocats du député, leur client n’est pas dans une activité illégale.

2 commentaires
  1. Azanhouan dit

    Hooooo mon pays est foutu Donc tous ceux-là s’adonnent à ce trafic de faux médicaments Voilà comment ils veulent que le pays continue d’être gouverné Non et non En avant la rupture et bon vent aux acteurs de la rupture

  2. Trst dit

    Vraiment même si celà faut mâle ou que les gens vont critiquer parlé mâle de ce gouvernement je sais que un jour on finira pas donné raison a talon quand il ne serait plu là nous allons prendre l’exemple sûr luis…..courage la rupture faite ce que vous avez a fait pour le bien de ce pauvres pays

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus