La première télé 100% web du Bénin

Retrait du droit de grève : la marche des syndicats sur l’Assemblée Nationale

Les lois portant retrait du droit de grève à certains fonctionnaires de l’État n’est pas du goût des centrales syndicales. Au-delà des déclarations dans les médias, ils sont descendus sur le terrain pour montrer à la face du monde leur désaccord face à ces lois, qui selon eux constituent un recul pour la démocratie béninoise. C’est donc à juste titre qu’ils ont eu le soutien de certaines organisations politiques, qui estiment au même titre que les syndicats, que ces lois ne sauraient être acceptées dans un État démocratique, où la liberté d’expression est un droit fondamental consacré par la Constitution. Il s’agit notamment du FSP,et du PCB qui sont venus soutenir les travailleurs.

Pour les manifestants qui ont massivement pris d’assaut l’esplanade de l’Assemblée Nationale ce vendredi 12 janvier 2018, ces lois sont scélérates et attentatoires aux libertés des travailleurs, surtout ceux du secteur publique. Ce sit-in est annonciateur d’une paralysie générale de l’administration publique, annoncée pour la semaine prochaine. Toutefois, il est à noter que les agents du secteur judiciaire ont pris l’avance sur les choses. Depuis le lundi 08 janvier 2018, ils sont en grève sans service minimum, un mouvement de grève susceptible d’être reconduit si la revendication n’est pas satisfaite. Et la revendication majeure qui tend le nerf aux travailleurs des différents secteurs, c’est bel et bien l’annulation de ces lois.

L’Assemblée Nationale a adopté courant le 28 décembre 2017 au 04 janvier 2018, plusieurs textes de loi modifiant et complétant des lois en vigueur par rapport aux statuts de certains agents de l’État. Ces nouvelles lois qui, entre autre, suppriment le droit de grève aux agents de la santé, de la justice et aux paras militaires se retrouvent déjà sur la table des sept sages de la Cour Constitutionnelle. Ils auront à situer les uns et les autres sur la conformité de ces lois à la Constitution.

2 commentaires
  1. Azanhouan L'utilisateur dit

    Prrrrrrrr priez plutôt que la CC n’invalide pas la loi en question Bandes de fainéants apatrique en quete de gain facile Qt aux partis politiques associés ils sont nés après la honte

  2. Elijah L'utilisateur dit

    Franchement!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.