La première télé 100% web du Bénin

Retrait du  droit de grève au Bénin : le diagnostic de Serge Prince Agbodjan

Suite au vote de la loi portant retrait du  droit de grève à des agents de l’État, plusieurs autorités béninoises ont levé de la voix pour fustiger cette décisions qui selon eux est contraire à la constitution béninoise. Parmi ceux-ci figure Serge Prince Agbodjan qui se dit déçu par les parlementaires.

Après avoir posé un cocktail de questions aux parlementaires, Serge Prince Agbodjan a fait le diagnostic de ce qu’est devenue le Bénin d’aujourd’hui.  » Dites moi, notre Assemblée Nationale est au dessus de notre Constitution ? Comment les parlementaires continuent de se moquer de notre Constitution ? Les décisions de la Cour sont à respecter oui ou non ? «  s’est t-il interrogé avant de faire le diagnostic du Bénin révélé.

« Avec cela, ils votent des lois et veulent que d’autres respectent.
Bénin c’est ce que tu deviens….
Quel dommage pour ce pays… !
Et si on se prenait un peu au sérieux….! »

Selon lui, la presse, 4 ème pouvoir serait en partie coupable. « Ailleurs tout le monde aurait pu se lever pour demander le respect de notre constitution ! Au Bénin, c’est le calme…on en rit même » fait-il remarquer. Aussi, fustige t-il le silence coupable des partis politiques.

Lire un extrait de  son diagnostique…

… Bon j’ai compris…quelqu’un avait déjà dit qu’il fallait jeter cette décision dans la poubelle. Peut être que c’est ce qui est fait.
C’est triste et dommage pour un pays.
Aucun parti politique n’a dénoncé ce fait et pourtant c’est à eux la constitution indique l’obligation d’animer la vie politique !
Aucun syndicat n’a mis ce point en priorité dans les motions de grève ou les dénonciations dans les assemblées générales et pourtant la défense de notre constitution est un devoir sacré… Aucun char n’est sorti pour exiger le respect de cette décision comme on l’a fait lorsqu’on a annoncé le KO….et demandé au perdant et à ses partisans de s’y conformer ….
Politiciens du Bénin…Responsables des institutions du Benin….Mi gbo bo….
Vous nous construisez quel pays….
C’est dommage….

Serge Prince Agbodjan

9 commentaires
  1. Agnidé L'utilisateur dit

    Tu ne dis rien la laisse la cour elle même tranché le Bénin reste toujour un pays démocratique très respectueux au monde ton avis ne peut rien changer du décision de la cour

    1. Ganster National L'utilisateur dit

      Agnide,
      Pouvez vous nous dire ce que vous mettez dans « Le benin resate toujours un pays democratique tres respectueux au monde… »

  2. moudachirou akandé L'utilisateur dit

    J’attends que le maitre soit bcp plus explicite sur ce sujet car les Béninois
    Sont déja habitués a vos développements exaustifs et compréhensifs sur de tels sujets.
    BONNE ET HEUREUSE ANNÉE À VOUS ET À TOUS CEUX QUI VOUS SONT CHERS

  3. Dr Noël ADANNOU ZONON L'utilisateur dit

    Nous avons de curieux de syndicats au Bénin et dans les pays en développement en général. Voilà des gens pour qui le mot travail n’a aucun sens. Seules la revendication et la grève ont un sens c’est triste. Ça ne peut pas continuer comme ça. J’appuie la loi votée par le parlement et attendons la réponse de la cours

    1. Azatassou L'utilisateur dit

      Et Comment?Je soutiens bien même! On doit se mettre au travail en continu

  4. Val L'utilisateur dit

    Dr Zonon, vous travaillez plus que qui dans ce pays ? Tant que l’État ne mettra pas les fonctionnaires dans de bonnes conditions de vie et de travail, il y aura toujours grève.

  5. Loukpey Didier L'utilisateur dit

    De quelles bonnes conditions parlez vous ? C’est une quête perpétuelle et avant de venir a la fonction publique vous savez ce a quoi vous devez vous attendre les populations ne peuvent pas être otage des travailleurs prenons nous au sérieux

  6. HOUNTONDJI Fréjus Jean-Baptiste L'utilisateur dit

    Un pays où les gens ne travaillent pas peut il se développer????????
    En rendant la grève vulgaire et bien nos syndicalistes doivent s’attendre à des mesures qui les remettent au travail surtout que toutes les fois que s’ouvrent les négociations de reprise d’activités la première condition qu’ils posent c’est la non défalcation sur les salaires pour faits de grève.
    Pour être honnête il n’est pas possible de croiser les bras face aux énormes préjudices que cette situation cause à notre peuple et à notre pays. On peut faire toutes les théories mais pour moi laisser des gens mourir dans les hôpitaux pour une grève aux motifs que nous connaissons est comme un crime et pour exagérer une trahison ou un coup de poignard pimenté qu’on envoie au cœur d’un peuple qui a déjà si tant souffert . Excusez mon opinion. Face aux conséquences que ces grèves engendrent je n’ai pas le courage de médire sur cette loi votée par notre Parlement. A tous ceux qui ne sont pas de leur avis je suggère qu’ils proposent une formule pour mettre nos concitoyens à l’abri de ces épreuves. C’est pas bien de faire l’apologie de ce qui ne nous avance pas. J’ai vraiment mal qu’on en arrive à une loi de ce genre mais j’affirme que c’est par la faute de nos responsables syndicaux qui ont certainement manqué de mesure dans l’usage de cette arme exceptionnelle et d’ultime recours appelée Grève. Moi je ne suis qu’un simple et ordinaire citoyen. Merci..

  7. adré L'utilisateur dit

    moi je suis pour le gouvernement et l’assemblé national du bénin syndicalistes trop c’est trop koï migbo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.