La première télé 100% web du Bénin

Bénin : les prostituées se mettent en association

La prostitution, encore appelée « le plus vieux métier au monde », passe progressivement de l’ombre à la lumière au Bénin. Les travailleuses du sexe viennent de se doter d’une association pour mieux se défendre. Cette nouvelle association a pour présidente Mabelle Agbossou , élue lors du congrès constitutif à Bohicon le mardi 02 janvier dernier.

Reçue sur une chaîne radio de la place, elle est revenue sur les difficultés que rencontrent les prostituées du Bénin. A l’en croire, elles doivent quotidiennement supporter la répression des policiers, les caprices des bandits qui leur rendent la vie impossible et comme si cela ne suffisait pas, les clients s’emmêlent après avoir eu satisfaction.

D’après ces explications, cette corporation comporte des veuves, des femmes ayant bien de mari, des jeunes filles n’ayant aucun support. Cette dernière catégorie alimente la rude concurrence en période de vacances scolaires ; car elles ne demandent pas beaucoup de sous avant de se donner. Le prix du service de ces femmes varie selon la force financière du client, qui est déduit souvent par son habillement et son moyen de déplacement. Ceci est généralement compris entre 1000F, 2000F et 5 000F.

Pour la présidente Mabelle Agbossou, ce travail n’est pas rentable et ne permet pas de satisfaire aux besoins. La recette mensuelle ne leur permet pas de prendre convenablement en charge l’hébergement, la restauration, l’habillement. Pour finir, elle lance un appel à l’aide aux autorités en charge de la santé sexuelle ou de la reproduction comme ABMS, PSI, PNLS, Amour et Vie et le Ministère de la santé. Elle met l’accent sur la dotation en préservatif et les séances de sensibilisation sur les IST, MST, SIDA. A l’en croire, une étude comparative de l’évolution de ce métier a montré que le Bénin est encore en arrière comparativement aux autres pays tels que le Ghana, le Togo, le Burkina Faso et l’Afrique du Sud où elle a été récemment pour une tournée de sensibilisation. Les sites de Tchonvi et de Pahou seraient, selon ses propos, les plus animés actuellement au Bénin.

Selon les autorités policières en charge de la Brigade des mœurs, aucune loi n’interdit la prostitution au Bénin, ce qui donne assez de liberté aux pratiquantes et complique les actions de la police pour éradiquer le phénomène. Elles sont souvent arrêtées lors des patrouilles, mais sont relâchées par la suite. La seule chose que la Police s’échine à faire, c’est de les sensibiliser. Une méthode, qui apparemment ne porte pas encore de fruit.

Il faut noter que l’esplanade extérieure du Stade de l’Amitié Mathieu Kerekou était réputée comme un des points de de prédilection dans cette activité et il a fallu l’arrivée du Préfet Modeste Toboula pour faire le nettoyage.

3 commentaires
  1. MOUSSA EDGARD TODJINOU L'utilisateur dit

    Ça fait mal au coeur de lire que nos mamans, nos sœurs se livrent à cette honteuse et indigne pratique. Que Dieu les protège Amen

    1. No comment L'utilisateur dit

      Vraiment mon frère, j’ai mal d’entendre cela. La dignité de la femme. On parlera de manque de moyens, mais….

  2. Asjoto L'utilisateur dit

    Elle ont raison parce que visitées par les Tombola et consorts

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.