gaetane

Bénin : les élèves du CEG1 et CEG3 de la ville de Djougou boycottent les compositions

Les élèves du Collège d’Enseignement Général 1 (CEG1) et ceux du CEG3 de la commune de Djougou ont décidé de boycotter les compositions prévues pour débuter ce lundi 22 janvier 2018. Ils ont attendu le partage des épreuves par les surveillants de salle pour déserter les lieux.

Selon les informations recueillies après du collectif des élèves du CEG1, il s’agit d’un mouvement d’humeur pour fustiger la suspension de leur Directeur. Quant à ceux du Collège d’Enseignement Général 3 de Djougou, les élèvent affirment être en solidarité avec leurs camardes du CEG1, mais au-delà de cela ils ont une autre raison. Dans une lettre adressée à leur Directeur, ces derniers à travers leurs délégués ont porté à la connaissance de l’administration qu’ils n’étaient pas prêts pour composer à la date annoncée. Selon la substance de cette lettre, les élèves estiment que le retard accusé par certains professeurs dans le déroulement des enseignements ne leur permettait pas d’affronter confortablement les épreuves.

Pour rappel, le Directeur du CEG1 de Djougou a été éjecté de son poste pour avoir presque donné sa caution à un mouvement de grève dans son collège. Ce que sa hiérarchie n’a pas toléré, il a été donc décidé qu’il cède sa place à un intérimaire nommé par le ministère de tutelle. Une décision que ses élèves ont contesté à travers un meeting le 19 janvier 2018, au cours duquel, ils ont exigé le retour de leur Directeur. Ce qui n’a pas été fait jusque-là, d’où le boycott des compositions par les élèves.

En ce qui concerne le CEG3, il a également lieu de notifier que dans plusieurs collèges du pays, des classes sont restées pendant plusieurs jours enseignants. Pour cause le ministre de tutelle avait sorti une note pour empêcher les Directeurs d’attribuer systématiquement des heures aux enseignants vacataires affectés dans leurs collèges respectifs. Cet état de chose a ralenti les activités pédagogiques dans ces collèges, et c’est justement l’argument brandi par les élèves du CEG3 de Djougou pour demander le report des compositions.

2 commentaires
  1. Lareine dujardin dit

    Ces tristes de nos jours que les élèves réagissent de cette façon. Car après tout le fait de boycotter les devoirs pour une décision qui émane du ministère ou on ne maîtrise pas la suite c’est eux les perdants.

  2. AHOUANSE GUÉRIE dit

    Les élèves de nos jours ignorent que l’année scolaire mérite d’être prise au sérieux .
    C’est grâce pour l’avenir du pays. La grève ! Toujours la grève ! Voilà l’arme fatale qui détruit l’éducation et paralyse le pays. Il faut que la jeunesse comprenne que la jouissance d’un droit passe d’abord par l’accomplissement d’un devoir….

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus