La première télé 100% web du Bénin

Alerte au missile balistique : panique et confusion à Hawaï

« Menace de missile balistique sur Hawaï. Mettez-vous immédiatement à l’abri. Ce n’est pas un exercice. »

Une alerte a été envoyée par erreur, samedi 13 janvier, aux habitants de Hawaï pour les prévenir de l’arrivée imminente d’un missile balistique, une menace rapidement démentie par les autorités de l’archipel mais qui a semé le trouble et la confusion sur place.

Peu après 8 heures (heure locale), plusieurs personnes, notamment l’élue démocrate à la Chambre des représentants Tulsi Gabbard, ont annoncé, photo à l’appui, sur les réseaux sociaux avoir reçu une alerte sur leur téléphone, via le système Amber Alert qui dépend du ministère américain de la Justice.

Mais le gouverneur de Hawaï, David Ige, et l’agence locale de gestion des événements d’urgence (EMA) ont chacun assuré, dans les minutes qui ont suivi, que cet État américain situé dans l’océan Pacifique n’était pas menacé par un missile balistique, dans un contexte géopolitique très tendu marqué par les menaces d’attaque nucléaire du régime nord-coréen contre des intérêts américains.

« Quelqu’un a appuyé sur le mauvais bouton »

Lors d’un point de presse, le gouverneur de Hawaï a indiqué que l’incident s’était produit lors de la relève d’une équipe de l’EMA. Alors que les employés s’installaient et suivaient la procédure habituelle pour vérifier que le système était opérationnel « quelqu’un a appuyé sur le mauvais bouton », a-t-il expliqué. « Il n’y a rien de plus important que de professionnaliser et de mettre des garde-fous à ce système », a-t-il ajouté.

Utilisé régulièrement aux États-Unis pour des alertes enlèvement, le système Amber est souvent critiqué pour son manque de fiabilité. « Le public doit avoir confiance dans notre système d’alerte d’urgence », a déclaré le gouverneur de Hawaï dans un communiqué, précisant qu’il ferait en sorte d’« empêcher que cela ne se reproduise ».

De nombreux internautes ont fait part de leur frayeur et de leur panique à la découverte de cette alerte qui a également était diffusée à la télévision et à la radio.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.