Média au Bénin : Le maire Boccovè interdit la marche pacifique des auditeurs de Soleil Fm

La marche pacifique des auditeurs de la radio Soleil Fm a été interdite ce jeudi 7 décembre 2017 par le maire de la commune d’Adjohoun pour raison de considérations politiques.

[bs-quote quote=”« Vous ne pouvez pas tenir votre marche sur mon territoire communal ce jeudi parce que je soupçonne une main politique invisible vous guidant cette action ».” style=”default” align=”center” author_name=”Léon Boccovè” author_job=”Maire d’Adjohoun”][/bs-quote]

Ainsi s’est exprimé Léon Boccovè, maire de la commune d’Adjohoun, dans le département de l’Ouémé ce jeudi 7 décembre face aux auditeurs venus nombreux soutenir le personnel de la radio Soleil FM qui se retrouve dans cette dure épreuve depuis deux mois environ.  Selon les organisateurs de ladite marche, elle est initiée en soutien à la radio Soleil FM (106 MHZ) qui fait objet de piratage de sa fréquence sous l’impuissance de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) pourtant chargée de réguler les médias en République du Bénin.

« Nous avons mené les démarches administratives nécessaires pour la tenue de cette marche pacifique qui nous permettra d’exiger du gouvernement et surtout de la Haac des actions urgentes pouvant permettre à la radio Soleil Fm de disposer intégralement et de façon continue de sa fréquence partout suivant les capacités et puissances à elle attribuées par cette institution. Mais nous avons été confrontés à un refus catégorique du maire ce jeudi matin lors de la tenue de la marche », a regretté Loukman Assogba, un des responsables à l’organisation de la marche.

[su_quote cite=”a renchéri Aubbérys Assogba, aussi organisateur de la marche.”]« Nous avions adressé nos correspondances, une  au commissariat d’arrondissement d’Adjohoun le 4 décembre 2017 et enregistrée sous le numéro 394 et l’autre le même jour à la mairie enregistrée sous le numéro 1383 du secrétariat de la mairie. Nous avions même eu une séance d’échange et de travail avec les agents de la mairie dans la soirée de ce mercredi 6 décembre sur la marche qui devrait se tenir le lendemain. Mais nous sommes aujourd’hui surpris de ce refus », [/su_quote]

Si du côté de la mairie, les raisons de ce refus par le maire ont trait à des considérations politiques, le commissaire brandit l’argument d’insuffisance de personnel pouvant encadrer la marche pacifique de ces auditeurs de la radio Soleil FM.

Pourquoi ne l’ont-ils pas fait savoir après les différentes correspondances à eux adressées ?

Se sont interrogés les auditeurs-marcheurs qui ont fait massivement le déplacement afin d’exiger le respect de la liberté de presse et la libération de la fréquence de Soleil FM des griffes des pirates.

Il est à rappeler que les populations vivant dans la ville de Cotonou et périphériques ne reçoivent plus, depuis deux mois environ, la fréquence de la radio Soleil FM parce que piratée par une radio jusque-là non identifiée par les autorités compétentes. Située à Djeffa, dans la commune de Sèmè-Podji, la radio est pourtant à quelques trente (30) kilomètres de cette ville-département et devrait, sans gêne aucune couvrir la commune étant donné qu’elle est une radio commerciale et disposant d’une telle capacité de couverture selon son cahier de charges défini par la Haac.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus