Jérusalem capitale de l’État juif : des roquettes tirées vers Israël, l’alerte rouge déclenchée

Une application d’alerte sur smartphone a prévenu que des roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza, en direction d’Hof Ashkelon et de Sha’ar HaNegev. Les sirènes d’alarme ont retenti. A la suite de tirs de roquettes venus de la bande de Gaza, le 7 décembre, Tsahal a tweeté qu’une alerte rouge avait été activée dans les régions d’Hof Ashkelon et de Sha’ar HaNegev.

Peu de temps après, l’armée israélienne a fait savoir que deux roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza, sans que celles-ci ne puissent atteindre le territoire de l’Etat juif. Selon The Times of Israël, ces roquettes se seraient abîmées en mer.

Dans la journée, des affrontements avaient opposé des Palestiniens à l’armée israélienne à Bethléem et à Ramallah. Les forces de sécurité israéliennes ont utilisé des canons à eau contre les manifestants, qui lançaient des projectiles dans leur direction. A Gaza, zone de tension particulièrement sensible, l’armée israélienne a décidé d’accroître son dispositif : «Des bataillons supplémentaires vont renforcer la zone, ainsi que des unités de combat et de renseignements, avec des unités de défense territoriale», a fait savoir Tsahal, cité par The Times of Israel.

Ce que Trump a déclenché

La tension est montée d’un cran, au lendemain de l’annonce de Donald Trump. Le président américain a officiellement reconnu Jérusalem comme la capitale de l’État juif d’Israël et demandé qu’on y déménage l’ambassade des États-Unis. Une action condamnée par plusieurs chefs d’État dont Emmanuel Macron qui a qualifié de «regrettable» l’initiative de son homologue américain.

[su_heading size=”17″]Lire aussi : Israël – Palestine : le Hamas appelle à une « nouvelle intifada » après la décision de Donald Trump [/su_heading]

Le Hezbollah libanais a également soutenu l’appel du Hamas. Son leader, Hassan Nasrallah, a appelé à l’unité et à un soutien pour la nouvelle intifada : «Nous faisons face à une agression américaine flagrante», a-t-il insisté.

En outre, la décision de Donald Trump a provoqué une vague de colère dans le monde arabo-musulman. 57 pays de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), réunie à Jeddah en Arabie Saoudite, avaient déjà fait savoir, le 3 décembre, qu’il s’agissait là aussi d’une «attaque flagrante contre les nations arabes et musulmanes».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus