Bénin: la police aux trousses des spécialistes en augmentation de la taille du pénis

“Décide de la taille de ton pénis”. Cette annonce publicitaire placardée sur les poteaux des feux tricolores est désormais connue de presque tous les usagers des principaux artères de la ville de Cotonou. Cette nouvelle spécialisation qui se développe dans le rang des tradithérapeutes qui pullulent dans la ville capitale Cotonou a attiré l’attention du procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou qui a décidé de mettre un terme à cette activité jugée dangereuse pour les populations.

En effet, selon des informations bien concordantes, les forces de l’ordre sur instruction du procureur de la République mènent des enquêtes pour mettre hors d’état de nuire ces spécialistes en augmentation du volume, de la grosseur et de la taille du pénis.

L’alerte aurait été donné par la présentation sur les réseaux sociaux d’un pénis totalement déformé avec le gland transformé en forme de parapluie. Pour ne pas laisser se développer cette activité illicite et dangereuse, les forces de l’ordre sont instruits pour appréhender les individus qui s’adonnent à cette activité. Selon les dernières informations, la police a déjà réussi à mettre la main sur certains d’entre eux qui vont comparaître dans une procédure de fragrant délit le 28 Février 2018.

La coopération de la population est sollicitée pour dénicher le reste car il s’agit d’une question de santé publique. Aussi, si cette promptitude du procureur de la république à s’auto saisir sur ce phénomène est à saluer, il ne doit pas non plus s’arrêter en si bon chemin car l’assainissement du secteur des tradithérapeutes qui proposent un seul médicament susceptible de guérir mille maladies et opérant sans contrôle et sans autorisation devient aussi, une urgence afin que la santé de la population soit préservée.

2 commentaires
  1. Victor dit

    Les mots me manquent pour remercier le président Talon pour l’oeuvre de salubrité publique qu’il mène. Il s’y était préparé. C’est pour cette raison que son ardeur n’est pas émoussée par des jérémiades diverses. On a vraiment besoin de revenir sur le chemin des valeurs. Revenant à Atao, c’est un secret de polichinelle que de dire que Atao vend des faux médicaments. C’est une activité qu’il menait depuis plusieurs années au nez et à la barbe de tout le monde. Que Atao présente publiquement le diplôme de pharmacie et l’autorisation qui lui a été donné de vendre ces médicaments. A cette heure de reddition des comptes, qu’il soit sanctionné avec la dernière rigueur. Le nombre d’insuffisants rénaux est en forte croissance. Ma ^petite soeur directe est concernée. N’eut été sa prise en charge par l’Etat, elle aurait passé de vie à trépas depuis des années. Néanmoins, sa vie est brisée. Une jeune étudiante qui était en stage après avoir obtenu son BTS en comptabilité, s’est retrouvée du jour au lendemain, prisonnière de cette maladie et ceci depuis 7 ans. En ce moment, les criminels vendeurs de la mort pavanent et s’assoient au bord de la table que les gens honnêtes et revêtent même le nom d’Honorable. En quoi est il honorable ? Un seul mot, merci infiniment Excellence Monsieur le Président.

  2. Akindes dit

    Une solution serait de commencer à organiser les tradipraticiens en.une association nationale sous le contrôle du ministère chargé de la santé publique et du ministère chargé de la recherche scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus