Bénin / Football : l’instructeur Joachim Fickert dévoile le secret allemand (audio)

Appelé pour renforcer, la capacité des jeunes encadreurs sportifs présélectionnés pour les « Classes sportives » et les « Associations sportives communales » de Football, le technicien allemand Joachim Fickert nous a donné le secret de réussite footballistique en Allemagne.
A écouter absolument

Soucieux de la refonte du Football au Bénin, le ministre Homéky a demandé et obtenu l’expertise d’un homme qui 35 ans durant est dans l’ombre du Football africain et asiatique. Allemand d’origine, Joachim Fickert nous a livré sans retenu ce qu’on peut appeler « les clés du succès du Football allemand « . Alors dans ce mini détail transcrit tout est parti de 1990 après l’avant-dernier sacre mondial. A l’entendre, on pourrait déduire que les allemands ont puiser dans le système brésilien pour se refaire une santé Footballistique. 

L’Allemagne était un peu dans la même situation que le Bénin, (à un moment de leur histoire Ndl). Après avoir gagné la Coupe du Monde 1990, « les Allemand ont cru qu’ils étaient les meilleurs » et quand vous vous mettez dans cette posture la « baisse commence ». 

Après avoir fait piètre figure en 94 aux USA, en 98 en France et perdu la finale de la Coupe du Monde en 2002, les allemands ont donc décidé de corriger la manière de détecter les talents.
« Des réseaux de détections des talents ont été installés. Et des entraîneurs ont été formés pour la promotion des talents. » Au plan national, des clubs ont été forcés à avoir les catégories U-17 et U-19 et des compétitions au plan national ont été créées pour ces catégories en dehors de la Bundesliga.

Alors, le travail a été accentué chez les jeunes. Il a débuté avec les U-15. Trois encadreurs pour un effectif de 10 joueurs pour une ou deux séances par semaine dans les centres de perfectionnement. L’objectif était de faire en sorte que chaque joueur soit plus fort selon sa position.  » Les points forts, faire encore plus fort, et là où il y a des problèmes diminuer« 

Lukas Podolski, Bastian Schweinsteiger, Philipp Lahm, Per Mertesacker font partir de la première génération qui a reçu cet entraînement en 2005. Plus tard en, Afrique du Sud en 2010, on a vu Mesut Özil, Sami Khedira, Mario Götze et André Schürrle pour ne citer que ceux-là sont « les enfants de ce programme du changement d’entraînement »
« L’individu avant l’équipe « , c’était l’un des secrets de ce programme. La priorité pendant cette phase de développement concernant les joueurs dans la tranche de 12 à 18 ans, « c’est le travail individuel« .

Aujourd’hui les joueurs allemands ont une très belle technique, pas autant que les brésiliens, mais ce n’est pas la mentalité allemande. Ils ont une formation tactique qui leur permet de faire la différence. 

On peut donc dire que c’est vers ce changement de paradigme que tend le Bénin, avec cette phase de préparation des encadreurs. Vivement le suivi… 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. AccepterEn savoir plus