La première télé béninoise 100% Web

Nigéria : Muhammadu Buhari en visite dans la région du ‘’Biafra’’

Le président Muhammadu Buhari doit se rendre dans le sud-est du Nigeria cette semaine, a déclaré lundi son porte-parole, son premier voyage depuis sa prise de fonction dans une région anciennement connue sous le nom de Biafra.

Les appels à la sécession sont devenus de plus en plus bruyants ces derniers mois dans certaines parties du sud-est, où le président est profondément impopulaire, ce qui incite Buhari à dire qu’il ne permettra pas que le Nigeria soit divisé par des groupes séparatistes.

Un million de personnes sont mortes dans une guerre civile de 1967-70 sur l’éphémère République du Biafra. Buhari, un ancien dirigeant militaire âgé de 74 ans qui a pris ses fonctions en mai 2015, a combattu dans la guerre en tant que jeune soldat du côté du gouvernement.

Le porte-parole, Garba Shehu, a déclaré que le président visiterait, dans le cadre de son voyage, la campagne menée par son parti All Progressive Congress dans l’État d’Anambra avant les élections au poste de gouverneur dans les prochains jours. “M. le Président visitera deux États du sud-est d’Ebonyi et d’Anambra”, a déclaré Shehu. Il a dit que Buhari quitterait la capitale, Abuja, mardi matin et reviendrait le jour suivant.

Une région de vives tensions

Les tensions dans la région ont augmenté à la suite de la libération sous caution de Nnamdi Kanu, chef du groupe sécessionniste le plus connu de la région, les Indigènes du Biafra (IPOB). Le gouvernement a désigné le groupe comme une organisation terroriste en septembre et a déployé des troupes dans la région pour sévir contre les sécessionnistes.

Kanu, qui était en liberté sous caution après avoir été accusé de trahison, n’a pas été vu depuis le 14 septembre, quand IPOB a déclaré que son domicile avait été perquisitionné par des soldats. L’armée a nié avoir attaqué la maison de Kanu et a déclaré qu’elle ne le retenait pas.

“Nous devons encore savoir où se trouve notre chef ou ses parents. Buhari n’est pas le type de personne qu’un gouverneur devrait accueillir sur son territoire “, a déclaré un porte-parole de l’IPOB dans un communiqué qui exhortait le président à “rester à l’écart “.

Un ministre nigérian a déclaré en septembre que les sécessionnistes dans le sud-est étaient parrainés par les opposants politiques du gouvernement. Le gouvernement a rejeté à maintes reprises l’accusation selon laquelle Buhari, un musulman nordiste, s’oppose au développement du sud-est principalement chrétien, où les gens sont principalement issus du groupe ethnique Igbo.

Les 180 millions d’habitants du Nigeria sont divisés à peu près également entre chrétiens et musulmans, et environ 250 groupes ethniques vivent pour la plupart pacifiquement côte à côte.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.