MoovInter

Spécial Can 2019

Dossier Franc CFA: Agossa s’adresse à Kemi Séba et lui indique une orientation pour son combat

Le combat contre le « CFA » dans lequel s’illustre le compatriote Kemi Séba comme pionnier de la lutte contemporaine pour la souveraineté du continent africain ne peut réussir que s’il devient purement un combat politique.

C’est du moins  ce que pense le président du parti « LES NATIONALISES », Iréné Agossa. Dans une déclaration qu’il a tenu adresser à son compatriote à l’annonce de son arrivée sur le territoire national le Dimanche 22 Octobre 2017, Iréné Agossa dit reconnaître la pertinence de la lutte épique que mène le panafricaniste mais doute de l’efficacité de cette lutte si elle n’est pas ramenée sur le terrain politique. Une préoccupation que le leader de la lutte pour la souveraineté de l’Afrique a déjà apporté de réponse suite aux nombreuses interventions qu’il a donné sur des chaînes de télévision. Lire ci-dessous l’intégralité de son adresse à Kemi Séba.

---Publicité---

Iréné Agossa sur la lutte de Kemi Séba:

« …Nous sommes d’accord qu’il n’ y a pas de développement par procuration. Nous sommes d’accord sur le fait que les pays africains ne peuvent pas se développer par procuration. Nous sommes d’accord que si la France était si généreuse, et que le « FCFA » ne servait à rien et n’aidait que les pays africains,  la France nous aurait aidé depuis à mettre en place les grand projets de développement de la sous région. Je veux parler du projet de barrage de ‘Socipiti » en Guinée, du projet de barrage du fleuve Congo qui permet bien sûr à no pays d’amorcer le développement à travers l’autonomie énergétique de nos pays.

Je veux parler aussi des projets d’intégration sous régionale, des projets de rail qui relie chaque Etat et permet la circulation des biens et personnes. Je veux parler des projets numériques pour réduire le retard numérique et permet aussi à nos pays de se développer.

Mai si la France ne le fait pas; c’est qu’elle sait très bien qu’il n’y a pas de développement par procuration. Mais nous sommes d’accord que les pays africains doivent assumer leur développement; mais là où nous ne sommes pas d’accord avec Kemi Séba et qu’il comprenne clairement, c’est là où dit que le combat qu’il mène n’et pas politique.

Mais pour nous, ce combat est plus que politique car pour respecter les critères de convergence et que nous aboutissions à une monnaie propre à nous, il nous faut des chefs d’Etat qui soient d’accord avec la vision panafricaniste du développement du continent et de chaque pays. Il faut des députés dans les parlements qui puisent faire pression sur les chefs d’Etat et intégrer cette vision au niveau des populations pour que cela soit quelque chose qui quitte  la base vers le sommet.

Il faut que nous ayons partout ces institutions qui soient dominée par des gens qui soient des panafricanistes. Donc le combat est plus que politique, mon frère Kemi. Nou ne pouvon pas continuer à ,avoir des présidents comme Patrice Talon ; nous ne pouvons pas avoir ceux-là qui sont contre nos idées au pouvoir avec des parlementaires qui sont avec eux et réussir. Donc le combat pour nous est politique.

Et si vous devez venir au Bénin pour ne pas s’engager dans le combat politique, alors c’est pas la peine. Le combat ici est politique. Nous devons faire en sorte de changer la vision à la base. Nos pays ont besoin bien sûr de se développer car il n’y a pas de développement sans une monnaie propre, c’est pourquoi les chinois se moquent de nous. Nous pouvons nous battre pour avoir nos monnaies mais il faut mutualiser nos ressources, nos capacités et permet à chaque pays de respecter la convergence pour la création d’une monnaie commune face aux grands ensembles que constituent l’Europe, les Etats Unis et l’Asie.

Pour nous, le combat est politique. Déjà pour les législatives prochaines, le Bénin doit se battre pour que nous ayons des députés de la tendance panafricaniste. Et voilà le combat que nous voulons mener avec vous, monsieur Kemi Séba. Si vous n’êtes pas prêt pour ce combat, alors, nousn nous doutons de votre sincérité en matière de réussite pour la lutte contre le CFA. »

---Publicité---

23 commentaires
  1. Moussa Edgard Todjinou dit

    Bonjour,

    Je ne suis pas d’accord avec cette idée de déplacer ce combat sur le plan politique. Qui dit politique, dit manipulations, mensonges et je ne sais quoi d’autre. Le combat que mène Mr. KEMI SEBA est difficile mais digne, noble et plein d’espérance. Nous devons et avons l’obligation de l’aider et non chercher à lui imposer des points de vue qui ma foi sont les causes profondes de notre retard actuellement. Les élites africaines ont échoué depuis plus de trente (30) ans. Le peuple souffre et continuer de subir humiliations sur humiliations. Basta de ces donneurs de leçons.
    A bon entendeur salut.

  2. Yémalin dit

    Lol! récupération politique comme ils savent bien le faire dans ce pays mien, le BENIN.

    Parce que le gars draine une foule dans son combat, les assoiffés politiciens de mon pays, trouvent déjà qu’il doit ramener son combat sur le plan politique, au risque de ne pouvoir réussir. Ils sont pathétiques ces gens là!
    bientôt ils le feront marcher avec leur machin de FSP. Je les voyais venir déjà. Ils s’y approchent peu à peu.
    LE VRAI VISAGE DE LA POLITIQUE AU BENIN

    1. Moussa Edgard Todjinou dit

      Tout à fait vrai

  3. Anonyme dit

    Et ce Iréné Agonsa raisonne toujours comme un canard, voyons. Si ses malversation à la SONACOP lui avaient coûté prison et remboursement, il ne serait pas en train de divaguer ainsi C’est un Monsieur qui ne sait rien faire que d’applaudir le roi pour manger les miettes; un véritable lécheur de cul! Ce modèle de gens libre, le Bénin ne prospérerait jamais! Un affamé qui ne peut plus travailler et qui se dit politicien. Depuis le campus, il est malheureux et avec vilains caractères!
    Un véritable délinquant, ce garçon. Des tricheurs en géographie. Il se dit géographe! Qu’il exerce sa profession! Il n’en a plus, car ayant tricher sur le campus de l’UNB.

  4. SPD dit

    Cher Monsieur Agossa. Vous voulez un ancrage politique dans la lutte contre le CFA qui n’est qu’un pan de notre lutte car il s’agit en réalité d’arracher au colon nos quatre souverainetés à savoir : souveraineté économique, monétaire, politique et militaire. Mais je m’étonne de vos critiques acerbes contre la démarche apolitique de KemiSeba. Vous vous considérez qu’il faille aller sur le terrain politique. Dans ce cas, monter votre organisation et faites-vous entendre et occupez le terrain politique. Il ne vous est pas revenu à l’idée que les deux ancrages se complètent. Non, vous êtes trop poussé vers une ambition de récupération de l’œuvre de Capo-chichi pour l’admettre. Vous deviez avoir honte de tacler votre frère dans ce combat car lui il a eu la primeur de révéler cette injustice au grand jour. Où étiez-vous, où étiez-nous, nous soit disant intellectuels lorsqu’il a commencé ce combat courageux au risque de sa vie. Ah oui il n’est pas capé pour mener la fronde, de la bêtise. Je vais vous le dire, vous étiez dans notre égoïsme compradore protégeant vos intérêts personnels. Maintenant que KemiSeba a ouvert la voie, vous vous réveillez subitement pour venir vociférer dans un violon qui ne produit aucun son afin de lui indiquer la voie royale à suivre. Ah, le nègre toujours présent pour faire le nid de la division dans lequel l’ennemi viendra s’engouffrer pour que tout échoue encore une fois. Ce comportement de piètre zigoto de passager clandestin ne vous honore pas du tout. Et bientôt, vous allez nous offrir le spectacle d’une lutte fratricide, béninois contre béninois, l’histoire des traîtres se renouvelle. Pauvre de nous nègres, il y a toujours un pour vendre l’autre, comme quoi le serpent est dans notre propre case. Monsieur Agossa, fermer votre bouche et aller faire joujou ailleurs avec votre combat politique et laisser KemiSeba tranquille. C’est trop rigolo votre son de cloche avec sa mauvaise senteur de la division qui conduit droit à l’échec. Merde à la fin. Gaston Koovi Bossou alias SPD

    1. Moussa Edgard Todjinou dit

      Merci cher de ton coup de gueule. Restons vigilants.

      1. Anonyme dit

        Vous ne connaissez pas Irene Agossa…Ce nest pas bien de calomnier

    2. Anonyme dit

      ce monsieur est un cancre qui vocifère toujours. il cherche une couverture française pour se positionner politiquement.

      1. Anonyme dit

        Il est un cancre? Vous le connaissez vraiment? Je ne crois pas…..meme si vous etes pas daccord avec les point des vues ses autres , donnez le votre sans injurier cest aussi simple et elegant

  5. Anonyme dit

    Iréné Agonsa fermez votre bouche ! c’est la jeunesse qui vous parle vous ne savez rien faire dans ce pays que la politique on en a marre de vos politiques maladies en Afrique faites place à la jeunesse fermez votre bouche vous racontez de n’importe quoi laissez nous mener notre combat vous êtes trop faible pour ce combat. Politiques politiques quelle politique savez vous faire ? JE SUIS KS

    1. Anonyme dit

      Irene ne fait pas la politique. C’est un lécheur de cul. Crieur public, un bas monsieur

  6. HOUEDJISSI Ben Saïd dit

    vous avez raison mais a mon avis je pense bien que ce que dit Mr AGOSSA est vrai mais au Bénin nous avons de problème avec nos leaders politique si non ce combat est politique a mon avis.

  7. Anonyme dit

    La politique béninoise est dépourvue de vérité,d’honnêteté et de bon sens,rien que des malversation.il n’est donc pas question que cette lutte noble entre la dedans.petit à petit la chose prend vraiment de l’ampleur malgré son écart de la politique.si vous n’êtes pas prêt a accompagner notre compatriote K.Seba sur ce même chemin vous pouvez vous rangez à gauche,personne vous oblige

  8. Jey dit

    Ce combat est aussi politique mais on peut pas lui imposer une dimension politique au nom du panafricanisme qui lui même défend les droits et libertés des hommes. Je trouve cette position un peu démagogue en mon sens

  9. DIAWARA Ibrahim dit

    Je dénonce cette manière forte de s’approprier à notre leader. C’est pas au très cher Kémi Séba de s’adapter au Parti mais au Parti de s’adapter à lui. Certes le Panafricanisme à commencer avant l’illustre, le très brave guide. Malgré la nécessité des partis politiques Panafricaine le très cher leader ne peut pas se soumettre seulement à un Parti. Il est pour toute L’Afrique Noire. Ce parti Benenois ne doit pas avoir peur de l’influence de notre Guide. Il ne n’est pas l’ennemi. On a besoin des partis Panafricaniste dans tous les parlements Africaine telles sont les directives du leader afin d’aboutir à la plus puissante des Etats-Unis d’Afrique.Qui parle du parti parle du peuple alors que son but est d’atteindre le peuple. Donc vous êtes dans le même combat. Le parti doit servir d’effet boulle de neige,merci mes Frères.

  10. Ndong dit

    Moi je suis d’accord avec vous

  11. Coffi dit

    Je vais juste lui poser une question :
    Pourquoi, n’avait-il pas suscité des échanges et des débats sur cette problématique quand il appartenait au royaume de l’ancien régime? Sachant bien que ce combat doit être consolidé par la politique?
    Connaissant bien les enjeux de la politique dans nos États, qui sont encore sous le joug d’influences extérieures, avec lesquelles certains chefs de nos États, jouent le JEU d’ ÉQUILIBRISTE, je me permets de lui dire que : « Kémi Sèba ne sera jamais amené à ce jeu de mensonges, d’escroquerie officielle ou ceux qui sont à la tête arnaquent les citoyens « .
    Ce combat ne peut être actuellement mené que sur le plan social, en réveillant les Consciences, en suscitant les échanges pour éclore les contradictions constructives.
    Tout Acteur de la SOCIÉTÉ CIVILE qui se mêle à la POLITIQUE, devient un AGENT DE LA TRAITRISE, un Myope occasionnel ( constat dans mon pays et son cas par sa nomination sous l’ancien régime et d’autres sous le régime actuel).

  12. Djoubian dit

    C’est une chance historique pour le Bénin que d’avoir d’illustres enfants avec une conscience politique remarquable : KEMI SEBA sylvestre Amoussou, ainsi que Angélique KIDJO l’Amazone sont la fierté de toute l’Afrique et en particulier francophone. Il faut absolument les protéger et les aider car c’est un don des ancêtres. Tous les trois par leur engagement politique quoi qu’on en dise, donnent des sueurs froides aux colonisateurs et aux ennemis de l’Afrique. Ces 3 là n’ont pas de complexes face aux impérialistes de tout genres et en particulier des pilleurs des richesses de l’Afrique. Il est donc urgent de les soutenir pour sortir de l’obscurantisme dans lequel sont plongés la très grande majorité d’Africains car le FRANC CFA existe depuis 72 ans. Son enterrement s’impose dans les meilleurs délais afin de permettre enfin aux 15 pays concernés d’acquérir leur véritable INDEPENDANCE ainsi que leur SOUVERAINETÉ sans quoi il est impossible de se développer et défendre les intérêts qui sont les nôtres… JM K.

    1. Mokaka dit

      C’est lamentable de rejeter les fautes sur les autres. Rejeter les fautes sur le CFA. Pourquoi les africaines gardent les langues des colonisateurs: français, anglais, portugais etc. parce que ils sont ……..?????
      https://iq-research.info/fr/page/average-iq-by-country

  13. TaD dit

    Chaque combattant panafricain vient au champ de bataille avec ces armes approprié
    Il l’a dit lui même ce combat est plus que politique donc bien évidemment il pourra utiliser cette arme (politique) pour menez a bien le combat frère il nous faudra beaucoup plus qu’ une bonne politique #pan afric haine pour une monnaie unique Panafricaine

  14. Farid dit

    Voir l’allure ou vond les choses on peut toute foi associé la politique a cet combat… Mais dire que cet combat est purement politique, je dit non

  15. Véronique Eleonore d'Almeida dit

    Agossa est mort politiquement au Benin et cherche celui qui va le ressusciter afin que son nom puisse encore resonner, il croit qu’en le disant, il trouverait une place auprès de Kemi Seba. Pas d’ouvrier de 25e heure.

  16. Mokaka dit

    C’est lamentable de rejeter les fautes sur les autres. Rejeter les fautes sur le CFA. Pourquoi les africaines gardent les langues des colonisateurs: français, anglais, portugais etc. parce que ils sont ……..?????
    https://iq-research.info/fr/page/average-iq-by-country

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

People

Aya Nakamura fait sensation dans un pantalon en latex rose (vidéo)

La chanteuse française de Rnb, Aya Nakamura s’est affichée dans un pantalon en latex rose sur son compte instagram ce lundi 24 juin 2019. Mais cet habillement a choqué plus d’un de ses followers. Aya Nakamura, qui est suivie par plus d’un million…

Monde

CAN 2019: les compositions officielles du match Nigéria VS Guinée

Le Nigéria affronte la Guinée ce 26 juin 2019 dans le cadre de la deuxième journée de la CAN 2019. En attendant le…

Présidentielle en Côte d’ivoire: Alassane Ouattara dévoile la date du scrutin

En Côte d’ivoire, le président Alassane Ouattara se prononce sur la tenue de l’élection présidentielle. Face à une…

Gambie: l’ancien président Yahya Jammeh accusé d’agressions sexuelles

Trois femmes gambiennes accusent Yahya Jammeh d’agressions sexuelles. L’ancien président gambien exilé en Guinée…

CAN 2019 – Versement de primes: Grève d’entraînement des joueurs nigérians

L'entraînement de la sélection nigériane a été quelque peu perturbé ce mardi 25 juin. Les Super Eagles ont effectué…

CAN 2019: Michel Dussuyer réagit au nul des Ecureuils du Bénin contre le Ghana

Mardi 25 juin 2019, le Ghana et le Bénin n’ont pas su se départager lors de la première journée de la CAN 2019…

Juventus: Cristiano Ronaldo débourse une fortune pour faire éloigner les paparazzis

Après avoir gagné la première édition de la Ligue des Nations avec le Portugal, Cristiano Ronaldo a bien mérité de…

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus